Construire et conserver avec éthique (bases des données et généalogies)

Résumé : Quels sont les outils de conservation de données à votre disposition ? Quels sont les enjeux de vos données ? Comment faire en sorte que vos recherches soient utiles aux générations futures ? Si vous faites de la recherche ou si vous êtes généalogiste (professionnel ou amateur), cet article peut vous intéresser.

Sommaire : 1. Les logiciels propriétaires de bases de données

2. Les logiciels propriétaires de généalogie

3. Pourquoi les logiciels propriétaires posent-ils un problème d’éthique ?

4. Les bases de données et la loi République numérique de 2016

1. Les logiciels propriétaires de bases de données

Les bases de données sont un stockage et une agrégation d’un certain nombre d’informations qui peuvent être de différentes natures et qui sont liées entre elles (d’où l’interêt de ces bases).

En Histoire de la famille et de la démographie, il est fréquent d’utiliser des logiciels destinés au calcul, comme Excel ou Numbers, pour en faire des bases de données. Dans ma thèse par exemple, j’ai besoin de ce logiciel pour entrer de façon systématique les informations un grand nombre d’actes de mariages. Différents types de logiciels existent.

Les logiciels propriétaires sont ceux que l’on acquiert généralement en payant : soit un abonnement à l’année (Pack Office avec Word, Excel et Access), soit en achetant un appareil (Apple avec Pages, Numbers et Keynotes). Wikipédia présente un tableau des différents logiciels existants, notamment qui sont propriétaires :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_de_gestion_de_base_de_donn%C3%A9es#Le_march%C3%A9

2. Les logiciels propriétaires de généalogie

Il existe des logiciels qui permettent d’entrer des individus, les informations qu’on a sur eux, et les liens entre eux. Des arbres généalogiques peuvent être générés selon des critères de base : arbres descendants et/ou ascendants, graphisme épuré ou recherché (un arbre par exemple) et la possibilité de mettre des photos.

Ils peuvent être payants : il faut acheter une licence pour l’utiliser ; chaque année une nouvelle version du logiciel est éditée et nous sommes encouragés à l’acheter. En effet, j’ai moi-même commencé avec ce genre de logiciel en 2014 et depuis 2017 j’ai énormément de mal à le faire fonctionner à cause des bugs systématiques. Ils peuvent être  aussi gratuits sous la forme d’échantillon librement téléchargeable et limité à l’entrée de 50 individus. Ils peuvent également être entièrement gratuit, mais pas libre car le code source n’est pas donné.

Sur Wikipédia, un tableau réunit tous les logiciels selon leur nature, je vous encourage vivement à y jeter un coup d’oeil : https://fr.wikipedia.org/wiki/Logiciel_de_g%C3%A9n%C3%A9alogie#Logiciels_propri%C3%A9taires_payants

Les logiciels payants sont souvent les plus beaux et les plus aboutis en terme de praticité, il faut bien l’avouer. Dans les logiciels de base de données, beaucoup donnent des outils d’exploitation.

Mais la beauté et la praticité de ces logiciels propriétaires valent-elles le coup ?

3. Pourquoi les logiciels propriétaires posent-ils un problème d’éthique ?

Pour faire court : quand on utilise un logiciel propriétaire, on ne le maîtrise pas. Ce n’est pas qu’une question d’argent, c’est aussi une question de principe : on ne maîtrise pas les règles d’utilisation et on perd une partie de la souveraineté des données que l’on donne au logiciel. Le code est la seule clé pour pouvoir manipuler un logiciel et savoir réellement comment il fonctionne. Il permet également de le modifier pour l’adapter à nos besoins : créer de nouvelles fonctionnalités et même  partager cette mise à jour avec d’autres personnes. En somme, la capacité d’adaptation et d’évolution du logiciel.

Mais surtout cette situation me pose un réel problème d’éthique car je manipule des données personnelles. Certes, les individus étudiés sont décédés depuis longtemps (plus de 100 ans pour mon corpus) et les sources des informations sont librement disponibles ; il n’y a plus réellement de protection sur la vie de ces individus. Cependant, à mes yeux, il s’agit toujours de données sensibles : il s’agit d’êtres humains, et l’histoire des familles peuvent toucher à l’identité des individus vivant aujourd’hui. 

Ce qui m’inquiète également est que les logiciels non libres connaissent les liens entre les individus. Or, grâce aux connections internet souvent proposées, il est possible de faire des liens entre des individus vivants grâce aux liens qu’ils ont par leurs ancêtres. Je ne parlerai pas ici des tests ADN (illégaux en France), mais c’est le même problème.

Cela équivaut pour les bases de données : dans mon cas, ma base de données des actes de mariages sont des données personnelles.

Conclusion : Chacun est libre de partager des données sur son identité s’il le souhaite. Mais justement : il faut être sûr qu’on le souhaite et être sûr que l’on est d’accord avec les règles du jeu (du logiciel). Il est toujours prudent de se renseigner et de comparer les possiblités.

Le site suivant présente 7 logiciels de base de données gratuits avec leurs points forts et leurs points faibles : https://www.capterra.fr/blog/327/base-de-donnees-top-7-logiciels-gratuits
Pour les logiciels de généalogie, je vous renvoie au lien wikipédia donné plus haut.

Note : GPL (Licence publique générale GNU) et LGPL (Licence publique générale limitée GNU) sont des appellations de logiciels libres. Le LGPL est un peu plus protégé.

4. Les bases de données et la loi République numérique de 2016

Une chose à savoir pour un nouveau chercheur est que depuis 2016, la loi “République numérique” du 7 octobre 2016 instaure comme règle qu’une base de données qui a servi à des recherches financées à partir de 50% d’argent public peut être réutilisable.

Voici l’article 30, chapitre II “Economie du savoir”, art II« II.-Dès lors que les données issues d’une activité de recherche financée au moins pour moitié par des dotations de l’Etat, des collectivités territoriales, des établissements publics, des subventions d’agences de financement nationales ou par des fonds de l’Union européenne ne sont pas protégées par un droit spécifique ou une réglementation particulière et qu’elles ont été rendues publiques par le chercheur, l’établissement ou l’organisme de recherche, leur réutilisation est libre.

La loi n’impose donc pas une mise à disposition de la base de données (peut-être le sera-t-elle un jour ?), mais l’encourage.

Conclusion générale :

Il est donc bon de se poser la question de la diffusion dès le début de l’entreprise de la création d’une base de données : quel logiciel utiliser, quel logiciel pourra perdurer dans le temps et garantir une réutilisation éthique des données ?

Pour perdurer dans les recherches, il est nécessaire d’avoir un logiciel capable de s’adapter dans le temps : aux nouvelles attentes, aux nouveaux matériels (nouveaux systèmes d’exploitation), aux nouvelles façons de travailler (travail d’équipe en réseau, travail collaboratif).

800px-Library_of_Congress,_Rosenwald_4,_Bl._5r
[Encyclopedic manuscript containing allegorical and medical drawings], Library of Congress, Rosenwald 4, Bl. 5r, sur Wikipédia

D’un point de vue stratégique, je pense qu’il est fondamental d’avoir un logiciel libre pour garantir la pérennité de ses recherches et fournir aux chercheurs (voire aux futurs chercheurs) des bases qui les aideront à aller plus loin que nous-mêmes dans nos recherches, les “épaules de géants” sur lesquelles ils pourront s’asseoir (Bernard de Chartres, XIIe siècle).

Mais si, en plus, cela a du sens d’un point de vue éthique, alors, je crois qu’il est indispensable de le faire.

Si on utilise des logiciels propriétaires, comment envisager la transition sereinement ?
Moi-même j’ai utilisé ces logiciels (et je dois bien avouer que leur praticité me fait encore parfois les utiliser) ; mais se poser la question est une première étape. Ensuite, on peut prendre le temps de regarder et trouver le logiciel libre qui nous conviendra le mieux selon nos objectifs et notre matériel de travail. Progressivement, nos habitudes changent : on n’est pas obligé de faire tout basculer en une journée. Pour ma part, si la transition prend du temps, elle vaut le coup car elle me permet de respecter mes valeurs et dormir sur mes deux oreilles !