Les doubles patronymes

Résumé : ce billet présente une observation des signatures au double patronyme, telles qu’on peut les voir aujourd’hui, au début du XIXe siècle dans le cadre de ma thèse. Il propose des hypothèses d’interprétation.

Sommaire : 1. L’existence de doubles patronymes au XIXe siècle
2. Est-ce significatif ? Le signe d’une remise en cause de la transmission patriarcale ?
3. Ouverture : la réforme de 2005 sur le nom de famille

Introduction : ces observations concernent mon étude sur la population de Charleville dans le cadre de ma thèse présentée ici.
Ma politique sur la communication d’informations sur les familles étudiées : A propos et charte du carnet.

1. L’existence de doubles patronymes au XIXe siècle : deux exemples

  • 1ere exemple en 1808
Capture d’écran 2019-05-11 à 18.11.10
Mariage Regnault-Tisseron (17/01/1808) 2E105 101 A.D. Ardennes

Voici l’acte de mariage de Jean Nicolas Regnault et Marie Charlotte Tisseron en 1808.  Il n’y a pas d’ordre de signature défini, donc voici comment j’interprète les signatures selon leur ordre : 

– les deux premières sont les époux
– en dessous, “Tisseron Petre” et “Regnaut Brincourt” correspondent aux père des époux
– en dessous, “Petre Tisseron” et “Barbe Antoinette Brincourt” sont les mères des époux  (puisqu’il est mentionné à la fin de l’acte que les 4 parents ont signé)
– ensuite, Gailly Tisseron correspond au témoin Nicolas Marie Gailly, qui a épousé une femme Tisseron. A droite, la signature qui suit est “Tisseron” pour Gaspard Victor, le 2e oncle témoin.
– enfin, les dernières signatures correspondent aux autres témoins : Jean François Hubert et Charles Louis Bodson de Noirefontaine. La dernière en bas à droite, Forest, est celle du maire.

L’ordre des signatures ne correspond donc pas à l’ordre énoncé des témoins énoncés dans l’acte. On remarque aussi que les femmes peuvent donc emprunter ce mode de signature.

  • Un deuxième exemple qui présente le même phénomène en 1827 :
Signatures doubles 1827
Au mariage de Pierre Joseph Bouhon et Marie Eugénie Liblanc le 05/06/1827 Deux signatures doubles : “Bouhon Lagrive” (père de l’époux) et “Liblanc Lambert” (frère de l’épouse). 2E105 105 Archives Départementales des Ardennes
  • Est-ce un phénomène courant ?

J’ai commencé à voir ce genre de signature au XIXe siècle. Auparavant, dans l’Ancien Régime, je n’ai vu que les veuves qui signent éventuellement de leur nom de jeune fille suivi de “veuve [nom d’épouse]”. La règle générale est celle de donner à l’enfant né de parents mariés le nom de famille du père (et le nom de la mère pour l’enfant né hors mariage).

Les doubles signatures concernent en fait assez peu de mariages dans mon corpus : 11 mariages ont au moins une double signature entre 1800 et 1809 (5,5% du total des mariages enregistrés dans ma base de données), 8 mariages entre 1810 et 1819 (4%), 10 mariages entre 1820 et 1827 (6,8%).
Cet usage est donc assez marginal. Je n’ai pas encore trouvé de point commun entre ces mariages et ces individus. Je n’ai donc pas (encore) de facteur explicatif.

2. Est-ce significatif ? Le signe d’une remise en cause de la transmission patriarcale ?

Le choix du nom de famille touche à la question des règles de transmission, mais aussi plus largement à l’organisation de la parenté et à sa représentation.

Il est difficile de trouver le phénomène des doubles signatures significatif dans la mesure où l’usage est assez rare. Cependant, il traduit peut-être une représentation du mariage comme :
– une association de deux familles
– une association de deux personnes qui gardent leur propre identité familiale dans le mariage.

Il faut préciser que je n’ai pas encore vu d’époux qui signe avec les noms de famille de ses deux parents. Pour l’instant, tous les époux signent avec le nom du père. Donc cela ne semble pas remettre en cause le fonctionnement patriarcal de la famille.

On peut également émettre l’hypothèse que cette façon de signer n’existe que pour les mariages afin de montrer le lien de parenté avec les époux.

Ces observations peuvent faire écho à une révision récente de la loi sur les patronymes.

3. Ouverture : la réforme de 2005 sur le nom de famille

Ces observations m’ont fait penser à la réforme de 2005 sur les patronymes. Quand j’étais adolescente, en 2005, j’ai eu l’impression que cette loi du 18 juin 2003 bouleversait toutes les habitudes et que une nouvelle ère s’ouvrait. Cette impression est aujourd’hui un peu amoindrie à la lecture des actes de mariages du XIXe siècle, quoi que ces doubles patronymes ne sont pas non plus une norme à cette époque. Je n’ai aucune idée de la conséquence de cette loi sur le fonctionnement et la représentation de la famille dans l’époque actuelle, mais je pense qu’il est intéressant d’y jeter un oeil. Je vous propose donc de voir ce que disent cette loi et l’article 311-21 du Code Civil en vigueur pour ouvrir la réflexion. 

           D’après la loi  no 2003-516 du 18 juin 2003 relative à la dévolution du nom de famille,  avant le 1er janvier 2005, un enfant reçoit le patronyme de son père (sauf si l’enfant a été reconnu par la mère en premier, notamment dans le cas où les parents ne sont pas mariés).
Depuis le 1er janvier 2005, un enfant peut porter le nom du père, de la mère ou des deux selon l’ordre qu’ils souhaitent. Les deux noms sont séparés par un simple espace (et non un tiret qui est considéré comme un seul nom) et dans la limite d’un seul nom de famille de la part de chaque parent.

Code Civil : Article 311-21

Lorsque la filiation d’un enfant est établie à l’égard de ses deux parents au plus tard le jour de la déclaration de sa naissance ou par la suite mais simultanément, ces derniers choisissent le nom de famille qui lui est dévolu : soit le nom du père, soit le nom de la mère, soit leurs deux noms accolés dans l’ordre choisi par eux dans la limite d’un nom de famille pour chacun d’eux. En l’absence de déclaration conjointe à l’officier de l’état civil mentionnant le choix du nom de l’enfant, celui-ci prend le nom de celui de ses parents à l’égard duquel sa filiation est établie en premier lieu et le nom de son père si sa filiation est établie simultanément à l’égard de l’un et de l’autre. En cas de désaccord entre les parents, signalé par l’un d’eux à l’officier de l’état civil, au plus tard au jour de la déclaration de naissance ou après la naissance, lors de l’établissement simultané de la filiation, l’enfant prend leurs deux noms, dans la limite du premier nom de famille pour chacun d’eux, accolés selon l’ordre alphabétique.

En cas de naissance à l’étranger d’un enfant dont l’un au moins des parents est français, les parents qui n’ont pas usé de la faculté de choix du nom dans les conditions du précédent alinéa peuvent effectuer une telle déclaration lors de la demande de transcription de l’acte, au plus tard dans les trois ans de la naissance de l’enfant.

Lorsqu’il a déjà été fait application du présent article, du deuxième alinéa de l’article 311-23 ou de l’article 357 à l’égard d’un enfant commun, le nom précédemment dévolu ou choisi vaut pour les autres enfants communs.

Lorsque les parents ou l’un d’entre eux portent un double nom de famille, ils peuvent, par une déclaration écrite conjointe, ne transmettre qu’un seul nom à leurs enfants

Références Légifrance :

Le Code civil – Section 4 : Des règles de dévolution du nom de famille: https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idArticle=LEGIARTI000006424851&idSectionTA=LEGISCTA000006150015&cidTexte=LEGITEXT000006070721

Le nom d’usage des époux : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F868

Alors, les doubles patronymes, une spécialité ardennaise du début du XIXe siècle ? Si vous avez vous aussi des exemples, n’hésitez pas à les mettre en commentaire !

– – MISE A JOUR – –
Plusieurs généalogistes ont des observations qui complètent ces observations :

  • Grâce aux observations de Céline (luniversdeceline.com), que je remercie, une piste régionale se dessine : elle a trouvé des doubles patronymes à Sault lès Rethel en 1827.
https://twitter.com/CelSouef/status/1138805579101671426