Participer à un premier colloque international : enjeux et retours – juin 2019

     J’ai participé du 5 au 7 juin 2019 au colloque international de l’Histoire de la famille et d’Histoire sociale à Albacete, en Espagne. Les jeunes chercheurs étaient invités pour y présenter leurs travaux et faire un état de la recherche européenne actuelle.

Que fait-on exactement lors de ces journées ? Pourquoi ces évènements sont-ils importants ? Quelles sont aujourd’hui les grandes questions à l’étude ?

Avant tout, je tiens à remercier ici encore la faculté des Humanités d’Albacete de m’avoir invitée et d’avoir pris en charge, avec l’Ecole doctorale d’Histoire moderne et contemporaine (Sorbonne Université), la majeure partie du voyage et du séjour. En effet, ce déplacement est un investissement pour le doctorant et pour les facultés. Or, cet investissement n’est pas vain : ces journées sont primordiales pour l’avancée de la science.

Campus universitaire
Un cadeau de la faculté : du safran, production locale !
Faculté des humanités

I. Les échanges scientifiques

Les rencontres scientifiques sont rythmées en demi-journées de présentations qui peuvent être réunies en sous-thème sous la modération d’un autre historien qui fait le lien entre les présentations.

Le programme du colloque d’histoire de la famille et d’histoire sociale d’Albacete montre qu’il y avait une assez grande variété de thèmes parmi les recherches actuelles :

– histoire des relations de parenté parmi les élites
– parmi les marchands et les artisans
– histoire des conflits
– parcours de femmes ou d’enfants de la noblesse

Ex: Emilie Fiorucci, de l’Institut Universitaire Européen, travaille sur les marchands merciers à Venise au XVIe siècle : elle analyse les relations de parenté dans la structuration de cette corporation et elle analyse aussi en particulier les choix des parrains et des marraines pour les enfants de ces merciers. Vous pouvez trouvez un de ses articles sur l’apprentissage au sein de la corporation (1) dans le fichier suivant (à partir de la page 29) : ici

Pour ma part, j’ai présenté la transmission des demandes de dispenses de bans au mariage au XVIIIe siècle au sein de mon échantillon de familles. Si vous souhaitez un article spécifique sur ce sujet assez facile à observer à partir des registres paroissiaux, dites le moi en commentaire 🙂

Statistiques des mariages avec/sans dispense de bans à Charleville (à partir de mes échantillons)
Proportion des mariages avec/sans dispense de bans à Charleville à partir de mes échantillons

Les présentations sont encadrées par une introduction qui est un état de l’historiographie dans chaque pays et des conclusions qui sont des débats sur des questions soulevées par les présentations. Par exemple, nous avons beaucoup débattu du concept d’individu et d’individualisme (est-il vraiment opérant pour comprendre les évolutions en histoire de la famille et en histoire sociale ? Comment le mesurer ?).

Le but final est de travailler ensemble en mettant en commun nos résultats et nos questionnements pour avancer sur des grandes questions.

Pour ma thèse, ces journées ont été d’une grande aide :
– j’ai pu enrichir énormément ma bibliographie avec des ouvrages allemands, italiens, espagnols et même norvégiens !
– j’ai pu confronter mes hypothèses à des études qui ont un autre contexte
– j’ai pu proposer mes hypothèses et me confronter au point de vue et aux questions de mes collègues, ce qui renforce grandement l’argumentation de la thèse.

II. Que se passe-t-il entre les sessions de travail ?

Entre les moments de présentations et de débats, nous nous retrouvons pour déjeuner (ou dîner) et nous en profitons pour nouer des liens et discuter de façon plus informelle sur nos sujets de recherche.

Ces moments d’échange très conviviaux sont importants, car nos présentations ne font que 20 minutes : il est impossible d’aborder toutes les subtilités. Lors des discussions à table et des cafés, nous pouvons découvrir davantage les enjeux des sujets de recherche et poser aussi des questions plus précises (voire plus inconfortables !). Cela est vraiment très agréable car au final nous avons peu d’occasions de parler longuement de nos thèse dans notre quotidien, car nous sommes assez peu entourés de spécialistes de notre champs de recherche.
La présence de chercheurs de toute l’Europe nous invite à parler espagnol, italien, allemand, anglais… D’où la nécessité pour le doctorant de suivre des formation en langues étrangères ! L’anglais souvent ne suffit pas : il est assez utile de parler espagnol ou italien (et dans ce domaine, je dois encore tout apprendre !).

De plus, c’est l’occasion de nouer des relations amicales qui ouvrent les portes de futures possibles collaborations 🙂 !

J’ai été également heureuse de découvrir Albacete, qui est une ville moyenne d’environ 170 000 habitants (dans la commune) située à 250 km au sud-est de Madrid. L’ambiance était très sympathique : pendant le séjour, il y avait un mercado medieval (marché médiéval), un peu l’équivalent de notre marché de Noël, mais sur le thème du Moyen Âge (assez revisité avec l’imaginaire des dragons etc…).

Voici pour terminer quelques photos de la ville, en espérant qu’elles vous donneront envie de voyager et que cet article vous ait donné une meilleure visibilité de ce qu’est un colloque et de ses enjeux 🙂

 

Notes
(1) E. Fiorucci, “L’apprentissage dans les statuts des corps de métiers vénitiens”, in A. Bellavitis, M. Frank, V. Sapienza (ed.), Garzoni : Apprendistato e formazione tra Venecia e l’Europa, Mantova : Universitats Studiorum, 2017.