Des liens entre scientifiques et grand public en histoire pour l’avenir : une réflexion ouverte

Cet article est une réflexion sur les relations des historiens avec le public, notamment dans le domaine de l’histoire de la famille, qui me semble en essor avec le développement de la généalogie. Il n’a pas pour but d’être un article qui constate et qui fige, mais au contraire d’être un lieu de discussion et d’échange d’idées. Il n’engage donc que mon opinion et celle de ceux qui commenteront. Toute opinion positive ou négative est bienvenue.

Ma conviction est que l’histoire n’a pas pour but de rester dans la “recherche fondamentale” et dans le cercle des experts, mais que la science doit être communiquée à la société. Je pense aussi que la participation des citoyens peut être une aide utile dans l’élaboration de la science universitaire (principe de la science participative).

On le voit pour de nombreuses enquêtes scientifiques qui ont besoin d’une grande masse de données : les scientifiques du museum d’Histoire naturelle demande la participation de la société civile pour observer de nombreuses enquêtes sur les espèces naturelles (Vigie Nature)… En histoire, à la Sorbonne, dans notre projet de base de données en ligne des recensements de Charleville, il existe le projet de collaboration avec les membres d’Ardennes génénalogie pour compléter nos données sur des individus du XIXe siècle. En histoire de la famille, il existe le projet de collaboration avec les membres d’Ardennes génénalogie pour compléter notre base de données d’individus de Charleville au XIXe siècle.

Ce que j’aimerais savoir par cet article est la vision du grand public. Pour pouvoir bien communiquer et être utile, il faut connaître les besoins, les représentations et les attentes.

  • Généalogistes amateurs et professionels, comment voyez-vous les relations avec les historiens (et en particulier avec les historiens de la famille et de la démographie) ? (présence sur internet, les réseaux sociaux, mise à disposition d’outils ou de connaissances, ou autre…)
  • Quelle serait la collaboration qui vous semblerait idéale ? Comment améliorer l’échange de la science ?

Voici un sondage par lequel vous pouvez aussi répondre à ces questions si vous préférez rester anonyme : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfVsUOQDfM4GwU3hmFy-NNyqjUjJ_UOiDmn12EVSfqayrUp3Q/viewform

Note : j’aurais pu faire cette enquête sur Twitter, mais je préfère donner un espace réellement consacré à la question et donner l’opportunité de répondre en plus de 260 caractères.

Un article intéressant du monde sur les sciences participatives : https://www.lemonde.fr/sciences/article/2016/05/23/les-francais-prets-a-participer-a-la-recherche_4924875_1650684.html