Nouveaux regards sur Charleville (XVIIe-XIXe siècles) : appel à communication (colloque 28-29 mai 2021)

Nouveaux Regards sur Charleville : Histoire, Population et Territoire (XVIIe-XIXe siècles)

Colloque organisé à Charleville-Mézières, 28-29 mai 2021


Comité d’organisation : Cécile Alexandre, Jérémy Dupuy, Vincent Gourdon
Comité scientifique : Fabrice Boudjaaba, Youri Carbonnier, Jean-Paul Desaive, Anne François, Claude Grimmer, Carole Marquet, Eric Montat, Sylvain Rassat, Isabelle Robin, François-Joseph Ruggiu, Florent Simonet.

Date limite de proposition : 15 novembre 2020
Proposition à envoyer à : colloque.charleville2021@gmail.com


Résumé

Le 2 avril 2005, lors du colloque du cinquantenaire de la Société d’études ardennaises, François-Joseph Ruggiu proposait une communication intitulée « Pour une histoire de Charleville et de sa population sous l’Ancien Régime ». Il venait d’ouvrir un champ d’études et de sources inédites dont personne ne soupçonnait alors l’importance et les multiples dimensions historiques qui allaient en découler.

En décembre 2010, un premier colloque intitulé Charleville, une ville neuve et sa population s’est tenu pour mettre en lumière l’histoire de la population de Charleville et ces sources exceptionnelles, en France et en Europe, que sont les dénombrements annuels de population de la ville.

Les 28 et 29 mai 2021, un second rendez-vous scientifique international, organisé par le Centre Roland Mousnier de Sorbonne-Université, l’Université d’Artois, le Centre National de la Recherche Scientifique et la Société d’Histoire des Ardennes, aura pour but de proposer un nouveau point d’étape sur ce projet et de mettre en lumière les travaux innovants qui se focalisent actuellement sur l’histoire de la cité ardennaise, dans une perspective de longue durée et à travers de multiples domaines de recherche. Il s’agira également de mettre en valeur et d’exploiter des sources qui, pour être dispersées dans différents fonds d’archives européens, n’en ont pas moins trait à l’histoire de la cité et de son fondateur.

Cette rencontre est ouverte aux chercheurs de tous horizons, professionnels et amateurs, débutants et confirmés, les carolomacériens et les autres.

Argumentaire

Entre sa création en 1606 par Charles de Gonzague et le tournant des XIXe et XXe siècles, la cité de Charleville connaît un destin singulier marqué par des évolutions de grande ampleur, et ce dans tous les domaines : au niveau politique, avec sa fondation comme capitale d’une principauté, son intégration complexe dans le royaume de France, sa gestion administrative sous les différents régimes du XIXe siècle ; au niveau de sa démographie et de l’organisation de la société ; sur le plan de son emprise spatiale, avec l’adaptation de son tissu urbain à différentes activités économiques successives, notamment industrielles, ou de l’appropriation évolutive de l’espace par les habitants ; sans oublier les mutations culturelles, par exemple avec les transformations des acteurs éducatifs et religieux.

Charleville fut très vite une place attractive pour le commerce, mais aussi un haut lieu de production manufacturière d’armes depuis le XVIIIe siècle jusque sous la monarchie de Juillet. Elle se concentre dans les secteurs de la métallurgie, de la brosserie et de la verrerie au XIXe siècle. Prenant appui sur ces spécialisations, la ville, à force de brassages migratoires, parvint à tripler sa population entre 1730 et 1880, passant de 4 000 à 14 000 habitants, l’arrivée du chemin de fer à partir de 1858 contribuant à son expansion démographique et spatiale. Sa position frontalière avec les Pays-Bas autrichiens et le Saint-Empire germanique à l’époque moderne, puis avec la Belgique et la Prusse à partir du XIXe, en fit une ville stratégique dans le déplacement et le logement de militaires, mais aussi, plus dramatiquement, un lieu de convoitise et donc une cité à assiéger.

Du fait de cette richesse, l’histoire de Charleville appelle un regard multiscalaire : depuis la maison, voire depuis les pièces des maisons, jusqu’aux territoires sous influence de la ville, avec, notamment, la question de la proximité (parfois conflictuelle) avec Mézières. Le jeu d’échelles et le lien entre les différents domaines d’étude permettront d’appréhender les dynamiques urbaines et l’histoire de la population.

Quatre grands axes thématiques et chronologiques pourront rassembler ces réflexions. Le premier portera sur la naissance et les premières décennies de la ville, encore trop méconnues ; un deuxième explorera les liens entretenus par la dynastie des Gonzague, aux ramifications européennes, et sa souveraineté sur Charleville ; un troisième s’interrogera sur l’architecture et l’urbanisme de la cité, une des rares villes nouvelles françaises de l’époque moderne ayant réussi son décollage démographique et économique; enfin, un dernier axe mettra en avant les nouveaux regards portés sur la société carolopolitaine au cours d’un long XIXe siècle s’étalant de la fin de l’Ancien Régime jusqu’à la Troisième République.

1re session – Naissance de la ville

Laissant de côté les aspects urbanistiques et architecturaux qui seront l’objet de la 3e session, cette première session s’intéressera plus particulièrement aux motivations qui poussent Charles de Gonzague à créer cette ville nouvelle en 1606, mais aussi aux conditions qui ont fait de cette fondation une réussite. Quels outils Charles a-t-il utilisés, voire conçus pour créer sa ville ? Quels bénéfices économiques, politiques, militaires ou religieux espérait-il en tirer ?

Dans un second temps, on pourra s’attacher au peuplement et à l’évolution démographique et socioprofessionnelle de Charleville sous les Gonzague. En l’absence des recensements effectués à partir de 1698, la population carolopolitaine du XVIIe siècle demeure en effet méconnue. Les données sur les premiers habitants seront bienvenues, permettant de dépasser le poids sans cesse rappelé des demandeurs d’asile, poursuivis pour dettes ou pour crimes. Les réceptions de bourgeois sont ainsi susceptibles d’apporter des informations nouvelles, ainsi que les documents liés à la construction et à la gestion locative des maisons. Origines géographiques, catégories de métiers, confessions religieuses, taille de la famille constituent autant de pistes à explorer, sans oublier les communautés religieuses et fondations charitables ou pieuses (Filles-Madame, Providence).

2e session – Histoire des Gonzague et de leur dynastie

De 1628 à 1703, les princes souverains de Charleville vivent à Mantoue. Que sait-on de cette dynastie dite des Gonzague-Nevers fondée à Mantoue par Charles de Gonzague devenu Carlo Ier ?
Si les régences, problèmes financiers, querelles d’héritage et scandales ponctuent cette histoire familiale à Mantoue, plusieurs questions peuvent être soulevées pour comprendre l’articulation de l’histoire de la dynastie avec celle de Charleville : quels liens entretiennent les branches françaises et italiennes descendant de Charles de Gonzague ? Comment les Gonzague gèrent-ils leurs territoires français et quelles conséquences auront les ventes des duchés du Rethélois et du Nivernais ? Quel rôle jouent-ils dans la guerre de Trente Ans ? Quelle est l’attitude du royaume de France sous Louis XIII et Louis XIV vis-à-vis des Gonzague-Nevers ? Quel est l’enjeu du voyage de Carlo-Ferdinando, le dernier duc de Mantoue en France en 1704 ?

Autant d’interrogations très peu abordées par les historiens à ce jour. Ces questions prouvent que le destin de cette famille franco-italienne est intimement lié à l’histoire de l’Europe et que leurs possessions françaises sont unes de leurs cartes-maîtresses.

Les correspondances conservées, mais disséminées à Mantoue, à Hanovre, à Paris, à Chantilly, sont précieuses, tout comme les documents consultables aux Archives du Palais princier de Monaco ou aux Archives nationales, car elles ont pour finalité d’être étudiées puis recoupées afin de faire ressurgir la vision globale de cette dynastie méconnue et considérée souvent comme « finissante ».

3e session – Architecture et urbanisme

Charleville est une des rares villes neuves du XVIIe siècle qui ait réussi à s’implanter durablement dans le réseau urbain français et dont la place se soit même consolidée jusqu’en ce début de XXIe siècle. Si les différentes étapes de sa construction dans les années 1610 et 1620 commencent à être mieux étudiées, l’évolution du tissu urbain à l’intérieur des premières murailles, d’abord très aéré, puis densifié au fil des décennies, reste mal connue. Il en va de même de la manière dont la ville s’est progressivement affranchie de son enceinte pour s’étendre, en particulier, en direction du pont d’Arches et de Mézières, une extension encore accélérée par l’arrivée du chemin de fer en 1858, le déplacement des activités économiques dans les nouveaux quartiers au sud de la ville princière puis les transformations du XXe siècle.

Cette session se propose donc de prendre en compte toutes les évolutions de l’espace urbain carolopolitain et de son aménagement : la construction des maisons ou des grands édifices de la ville, qu’ils aient été réalisés ou qu’ils soient restés à l’état de projet ; l’organisation des quartiers ; les remaniements du réseau viaire ; l’adduction d’eau et le système d’égout ; le devenir des murailles ; l’évolution des règlements d’urbanisme ; ou encore le développement des faubourgs et des nouveaux quartiers.
Les communications pourront se situer à toutes les échelles et à toutes les périodes, du XVIIe siècle jusqu’à la fin de la Troisième République, et elles pourront apporter une attention particulière à la documentation cartographique ou iconographique ainsi qu’à toutes les formes de représentations 2D ou 3D des connaissances.

4e session – La société carolopolitaine entre Ancien Régime et Troisième République

Pour faire pendant à la première session et souligner les transformations entre XVIIIe et XIXe siècles, il est proposé de revenir sur la composition de la population de Charleville ainsi que sur l’organisation des activités économiques et leurs effets sur la ville au temps de la révolution industrielle. Déjà sous l’Ancien Régime, Charleville avait développé une spécialité en petite métallurgie avec ses artisans cloutiers et ferronniers, et la présence d’une manufacture d’armes dont l’activité ne s’est pas ralentie jusqu’à l’Empire. Aux forges et fonderies, qui ont fait la réputation des Ardennes, se sont ensuite ajoutées toutes sortes d’activités industrielles dans de nouveaux domaines comme la verrerie et la brosserie. Ces mutations permettent d’observer les logiques intimement liées du pouvoir communal, de l’économie et de la croissance urbaines et de s’interroger sur la façon dont certaines activités se sont implantées, voire se sont approprié l’espace urbain (localisation des usines et émergence de quartiers ouvriers). Les questions de main-d’œuvre ouvrière mais aussi les transformations des classes moyennes et des élites urbaines doivent être posées en parallèle.

L’intense brassage de population qui a animé cette région depuis les origines de Charleville, mais qui s’est intensifié au XIXe siècle avec l’industrialisation, est également une caractéristique essentielle de la ville. Les liens particuliers avec les Pays-Bas autrichiens et la principauté de Liège du XVIIIe, devenus la Belgique, ne constituent qu’un des exemples d’échanges de populations et de savoir-faire qui pourraient être développés. D’autres flux migratoires, vers la ville ou à partir d’elle, avec les régions les plus proches devront être pris en considération afin d’interroger le dynamisme urbain.

Les contributeurs à cette session sont invités à analyser ces évolutions, en particulier à travers des études à toutes les échelles macro ou micro (à l’échelle de l’usine, du quartier par exemple), et à partir des riches archives municipales et départementales.

Les partenaires de ce colloque :

la faculté des Lettres de Sorbonne Université, le Centre Roland Mousnier, le CNRS, le Centre de recherche et d’études Histoire et Sociétés et l’Université d’Artois, la Société d’Histoire des Ardennes, Ardenne Métropole et le Conseil départemental des Ardennes.

Participer à un premier colloque international : enjeux et retours – juin 2019

     J’ai participé du 5 au 7 juin 2019 au colloque international de l’Histoire de la famille et d’Histoire sociale à Albacete, en Espagne. Les jeunes chercheurs étaient invités pour y présenter leurs travaux et faire un état de la recherche européenne actuelle.

Que fait-on exactement lors de ces journées ? Pourquoi ces évènements sont-ils importants ? Quelles sont aujourd’hui les grandes questions à l’étude ?

Avant tout, je tiens à remercier ici encore la faculté des Humanités d’Albacete de m’avoir invitée et d’avoir pris en charge, avec l’Ecole doctorale d’Histoire moderne et contemporaine (Sorbonne Université), la majeure partie du voyage et du séjour. En effet, ce déplacement est un investissement pour le doctorant et pour les facultés. Or, cet investissement n’est pas vain : ces journées sont primordiales pour l’avancée de la science.

Campus universitaire
Un cadeau de la faculté : du safran, production locale !
Faculté des humanités

I. Les échanges scientifiques

Les rencontres scientifiques sont rythmées en demi-journées de présentations qui peuvent être réunies en sous-thème sous la modération d’un autre historien qui fait le lien entre les présentations.

Le programme du colloque d’histoire de la famille et d’histoire sociale d’Albacete montre qu’il y avait une assez grande variété de thèmes parmi les recherches actuelles :

– histoire des relations de parenté parmi les élites
– parmi les marchands et les artisans
– histoire des conflits
– parcours de femmes ou d’enfants de la noblesse

Ex: Emilie Fiorucci, de l’Institut Universitaire Européen, travaille sur les marchands merciers à Venise au XVIe siècle : elle analyse les relations de parenté dans la structuration de cette corporation et elle analyse aussi en particulier les choix des parrains et des marraines pour les enfants de ces merciers. Vous pouvez trouvez un de ses articles sur l’apprentissage au sein de la corporation (1) dans le fichier suivant (à partir de la page 29) : ici

Pour ma part, j’ai présenté la transmission des demandes de dispenses de bans au mariage au XVIIIe siècle au sein de mon échantillon de familles. Si vous souhaitez un article spécifique sur ce sujet assez facile à observer à partir des registres paroissiaux, dites le moi en commentaire 🙂

Statistiques des mariages avec/sans dispense de bans à Charleville (à partir de mes échantillons)
Proportion des mariages avec/sans dispense de bans à Charleville à partir de mes échantillons

Les présentations sont encadrées par une introduction qui est un état de l’historiographie dans chaque pays et des conclusions qui sont des débats sur des questions soulevées par les présentations. Par exemple, nous avons beaucoup débattu du concept d’individu et d’individualisme (est-il vraiment opérant pour comprendre les évolutions en histoire de la famille et en histoire sociale ? Comment le mesurer ?).

Le but final est de travailler ensemble en mettant en commun nos résultats et nos questionnements pour avancer sur des grandes questions.

Pour ma thèse, ces journées ont été d’une grande aide :
– j’ai pu enrichir énormément ma bibliographie avec des ouvrages allemands, italiens, espagnols et même norvégiens !
– j’ai pu confronter mes hypothèses à des études qui ont un autre contexte
– j’ai pu proposer mes hypothèses et me confronter au point de vue et aux questions de mes collègues, ce qui renforce grandement l’argumentation de la thèse.

II. Que se passe-t-il entre les sessions de travail ?

Entre les moments de présentations et de débats, nous nous retrouvons pour déjeuner (ou dîner) et nous en profitons pour nouer des liens et discuter de façon plus informelle sur nos sujets de recherche.

Ces moments d’échange très conviviaux sont importants, car nos présentations ne font que 20 minutes : il est impossible d’aborder toutes les subtilités. Lors des discussions à table et des cafés, nous pouvons découvrir davantage les enjeux des sujets de recherche et poser aussi des questions plus précises (voire plus inconfortables !). Cela est vraiment très agréable car au final nous avons peu d’occasions de parler longuement de nos thèse dans notre quotidien, car nous sommes assez peu entourés de spécialistes de notre champs de recherche.
La présence de chercheurs de toute l’Europe nous invite à parler espagnol, italien, allemand, anglais… D’où la nécessité pour le doctorant de suivre des formation en langues étrangères ! L’anglais souvent ne suffit pas : il est assez utile de parler espagnol ou italien (et dans ce domaine, je dois encore tout apprendre !).

De plus, c’est l’occasion de nouer des relations amicales qui ouvrent les portes de futures possibles collaborations 🙂 !

J’ai été également heureuse de découvrir Albacete, qui est une ville moyenne d’environ 170 000 habitants (dans la commune) située à 250 km au sud-est de Madrid. L’ambiance était très sympathique : pendant le séjour, il y avait un mercado medieval (marché médiéval), un peu l’équivalent de notre marché de Noël, mais sur le thème du Moyen Âge (assez revisité avec l’imaginaire des dragons etc…).

Voici pour terminer quelques photos de la ville, en espérant qu’elles vous donneront envie de voyager et que cet article vous ait donné une meilleure visibilité de ce qu’est un colloque et de ses enjeux 🙂

 

Notes
(1) E. Fiorucci, « L’apprentissage dans les statuts des corps de métiers vénitiens », in A. Bellavitis, M. Frank, V. Sapienza (ed.), Garzoni : Apprendistato e formazione tra Venecia e l’Europa, Mantova : Universitats Studiorum, 2017.