Des liens entre scientifiques et grand public en histoire pour l’avenir : une réflexion ouverte

Cet article est une réflexion sur les relations des historiens avec le public, notamment dans le domaine de l’histoire de la famille, qui me semble en essor avec le développement de la généalogie. Il n’a pas pour but d’être un article qui constate et qui fige, mais au contraire d’être un lieu de discussion et d’échange d’idées. Il n’engage donc que mon opinion et celle de ceux qui commenteront. Toute opinion positive ou négative est bienvenue.

Ma conviction est que l’histoire n’a pas pour but de rester dans la “recherche fondamentale” et dans le cercle des experts, mais que la science doit être communiquée à la société. Je pense aussi que la participation des citoyens peut être une aide utile dans l’élaboration de la science universitaire (principe de la science participative).

On le voit pour de nombreuses enquêtes scientifiques qui ont besoin d’une grande masse de données : les scientifiques du museum d’Histoire naturelle demande la participation de la société civile pour observer de nombreuses enquêtes sur les espèces naturelles (Vigie Nature)… En histoire, à la Sorbonne, dans notre projet de base de données en ligne des recensements de Charleville, il existe le projet de collaboration avec les membres d’Ardennes génénalogie pour compléter nos données sur des individus du XIXe siècle. En histoire de la famille, il existe le projet de collaboration avec les membres d’Ardennes génénalogie pour compléter notre base de données d’individus de Charleville au XIXe siècle.

Ce que j’aimerais savoir par cet article est la vision du grand public. Pour pouvoir bien communiquer et être utile, il faut connaître les besoins, les représentations et les attentes.

  • Généalogistes amateurs et professionels, comment voyez-vous les relations avec les historiens (et en particulier avec les historiens de la famille et de la démographie) ? (présence sur internet, les réseaux sociaux, mise à disposition d’outils ou de connaissances, ou autre…)
  • Quelle serait la collaboration qui vous semblerait idéale ? Comment améliorer l’échange de la science ?

Voici un sondage par lequel vous pouvez aussi répondre à ces questions si vous préférez rester anonyme : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfVsUOQDfM4GwU3hmFy-NNyqjUjJ_UOiDmn12EVSfqayrUp3Q/viewform

Note : j’aurais pu faire cette enquête sur Twitter, mais je préfère donner un espace réellement consacré à la question et donner l’opportunité de répondre en plus de 260 caractères.

Un article intéressant du monde sur les sciences participatives : https://www.lemonde.fr/sciences/article/2016/05/23/les-francais-prets-a-participer-a-la-recherche_4924875_1650684.html

 

 

Les dispenses de bans, un indice subtil de l’histoire des familles et des invididus

Résumé de l’article : les dispenses de bans au mariage aux XVIIe et XVIIIe siècles sont des indices intéressants et faciles à observer.

Nous remercions la Fédération Française de Généalogie de nous avoir proposé de faire cet article afin d’aider dans leurs recherches tous ceux qui aiment faire de la généalogie et connaître quelques éléments d’histoire sociale.


Plan : 1. La définition et les règles des dispenses de bans
2. Les interprétations possibles
3. Pour aller plus loin

  1. La définition et les règles des dispenses de bans

Durant l’Ancien Régime, il existe des règles qui encadrent la cérémonie du mariage. Les interdits de consanguinité en deça du 4e degré de parenté et les dispenses demandées à l’archévêque sont assez bien connus des généalogistes. En revanche, on passe moins de temps sur les dispenses de bans.

Qu’est-ce qu’un ban ? Un ban est, dans ce contexte, la proclamation publique du mariage prévu lors de la messe d’un dimanche. La règle est de faire cette proclamation à trois dimanches. dans la paroisse des époux ou de chacun des époux (si les époux ne viennent pas de la même paroisse).

La publicité des bans a plusieurs buts :
– s’assurer que l’un des deux époux n’a pas contracté d’union précédemment (auquel cas, quelqu’un pourra s’opposer à l’union)
– maintenir l’ordre social en empêchant les unions clandestines (sans le consentement des parents).

Il s’agit pour l’Eglise et pour l’Etat d’une condition de validité du mariage. Le Concile de Trente l’affirme en 1563. En France, la règle est consacrée par l’ordonnance de Blois de 1579 puis par la déclaration de Saint-germain de 1639. Le concile de Trente admet que cette règle puisse assouplie : les trois bans peuvent être réduits à un seul par une dispense accordée par l’archevêché.

A la demande des parties, l’archevêque de la région dans laquelle se trouve la paroisse des époux peut délivrer une dispense d’un ban ou de deux bans, c’est-à-dire réduire la période des fiançailles de une à deux semaines. Elle permet aussi d’empêcher de fait que des personnes puissent s’opposer au mariage.

Mariage de Pierre François Raucourt en 1776 avec la dispense de 2 bans à Charleville. Archives Départementales des Ardennes EDEPOT/CHARLEVILLE/GG 67
Mariage de Pierre François Raucourt en 1776 avec la dispense de 2 bans à Charleville. Archives Départementales des Ardennes EDEPOT/CHARLEVILLE/GG 67

2. Les interprétations

Malheureusement les actes de mariage ne mentionnent pas la raison des dispenses. Cependant, on peut déduire assez facilement certains facteurs à partir d’indices :

  • la nécessité de se marier rapidement en raison d’un début de grossesse -> il faut voir la date de naissance du premier enfant
  • la nécessité de se marier rapidement car on arrive à une période d’interdit : le Carême et l’Avent. Elle peut se combiner avec une grossesse prénuptiale.
  • en raison de la maladie ou de la mort redoutée d’une des deux parties -> on peut regarder si l’un des deux époux meure précocement après le mariage
  • en raison d’une profession qui nécessite de se déplacer, en combinaison avec d’autres contraintes de temps -> il faut voir les professions comme celle des marchands ou des soldats.

Un autre facteur plus difficile à identifier est celui d’éviter les oppositions sociales : par exemple en cas de conflits entre les deux familles, ou d’un mariage considéré comme non conventionnel entre des époux avec un grand écart d’âge. Ces oppositions ne manifestent souvent sous la forme du charivari. Ce dernier n’invalide pas le mariage, mais il est une forme de stigmatisation sociale.

Il est donc intéressant de regarder les raisons derrière les dispenses pour mieux comprendre le quotidien des individus et des familles. Cela peut notamment être l’indice d’une profession qui nécessite le déplacement si on n’a aucune autre information dans les actes.

3. Pour aller plus loin

  • Les archives de l’archevêché détiennent en principe les dossiers qui expliquent, mais il est difficile parfois d’y accéder.
  • Les mariages protestants durant l’Ancien Régime connaissent la même règle même après la révocation de l’édit de Nantes par l’édit de Fontainebleau en 1685.
  • Les dispenses de bans existent aussi après la Révolution, au XIXe siècle. Il faut alors chercher non pas dans l’état civil, mais dans les registres de catholicité.
  • Il existe de forte variations régionales : en Espagne, par exemple, en Catalogne, dans le diocèse de Gérone, près des trois quarts des mariages demandaient une dispense de ban au début du XIXe siècle, au point que la règle semble être devenue l’exception (R. Congost et al). Dans mes études sur Charleville-Mezières, seulement un quart des mariages de mon échantillon de population demandait une dispense au XVIIIe siècle.

Avez-vous remarqué cela vous aussi dans votre famille ou dans la paroisse de votre famille ?

 

Bibliographie
S. Beauvalet-Boutouyrie, La population française à l’époque moderne, Paris, 2008.
J.-C. Bologne, Histoire du mariage en Occident, Paris, 1995.
R. Congost, J. Portell, E. Saguer et al., « Les dispenses de bans. Une source pour la démographie historique et l’histoire sociale », Population, 2012/3 (Vol. 67), p. 549-563. URL : https://www.cairn.info/revue-population-2012-3-page-549.htm
J. Gaudemet, Le mariage en Occident, Les moeurs et le droit, Paris, 1987.

 

 

Les doubles patronymes

Résumé : ce billet présente une observation des signatures au double patronyme, telles qu’on peut les voir aujourd’hui, au début du XIXe siècle dans le cadre de ma thèse. Il propose des hypothèses d’interprétation.

Sommaire : 1. L’existence de doubles patronymes au XIXe siècle
2. Est-ce significatif ? Le signe d’une remise en cause de la transmission patriarcale ?
3. Ouverture : la réforme de 2005 sur le nom de famille

Introduction : ces observations concernent mon étude sur la population de Charleville dans le cadre de ma thèse présentée ici.
Ma politique sur la communication d’informations sur les familles étudiées : A propos et charte du carnet.

1. L’existence de doubles patronymes au XIXe siècle : deux exemples

  • 1ere exemple en 1808
Capture d’écran 2019-05-11 à 18.11.10
Mariage Regnault-Tisseron (17/01/1808) 2E105 101 A.D. Ardennes

Voici l’acte de mariage de Jean Nicolas Regnault et Marie Charlotte Tisseron en 1808.  Il n’y a pas d’ordre de signature défini, donc voici comment j’interprète les signatures selon leur ordre : 

– les deux premières sont les époux
– en dessous, “Tisseron Petre” et “Regnaut Brincourt” correspondent aux père des époux
– en dessous, “Petre Tisseron” et “Barbe Antoinette Brincourt” sont les mères des époux  (puisqu’il est mentionné à la fin de l’acte que les 4 parents ont signé)
– ensuite, Gailly Tisseron correspond au témoin Nicolas Marie Gailly, qui a épousé une femme Tisseron. A droite, la signature qui suit est “Tisseron” pour Gaspard Victor, le 2e oncle témoin.
– enfin, les dernières signatures correspondent aux autres témoins : Jean François Hubert et Charles Louis Bodson de Noirefontaine. La dernière en bas à droite, Forest, est celle du maire.

L’ordre des signatures ne correspond donc pas à l’ordre énoncé des témoins énoncés dans l’acte. On remarque aussi que les femmes peuvent donc emprunter ce mode de signature.

  • Un deuxième exemple qui présente le même phénomène en 1827 :
Signatures doubles 1827
Au mariage de Pierre Joseph Bouhon et Marie Eugénie Liblanc le 05/06/1827 Deux signatures doubles : “Bouhon Lagrive” (père de l’époux) et “Liblanc Lambert” (frère de l’épouse). 2E105 105 Archives Départementales des Ardennes
  • Est-ce un phénomène courant ?

J’ai commencé à voir ce genre de signature au XIXe siècle. Auparavant, dans l’Ancien Régime, je n’ai vu que les veuves qui signent éventuellement de leur nom de jeune fille suivi de “veuve [nom d’épouse]”. La règle générale est celle de donner à l’enfant né de parents mariés le nom de famille du père (et le nom de la mère pour l’enfant né hors mariage).

Les doubles signatures concernent en fait assez peu de mariages dans mon corpus : 11 mariages ont au moins une double signature entre 1800 et 1809 (5,5% du total des mariages enregistrés dans ma base de données), 8 mariages entre 1810 et 1819 (4%), 10 mariages entre 1820 et 1827 (6,8%).
Cet usage est donc assez marginal. Je n’ai pas encore trouvé de point commun entre ces mariages et ces individus. Je n’ai donc pas (encore) de facteur explicatif.

2. Est-ce significatif ? Le signe d’une remise en cause de la transmission patriarcale ?

Le choix du nom de famille touche à la question des règles de transmission, mais aussi plus largement à l’organisation de la parenté et à sa représentation.

Il est difficile de trouver le phénomène des doubles signatures significatif dans la mesure où l’usage est assez rare. Cependant, il traduit peut-être une représentation du mariage comme :
– une association de deux familles
– une association de deux personnes qui gardent leur propre identité familiale dans le mariage.

Il faut préciser que je n’ai pas encore vu d’époux qui signe avec les noms de famille de ses deux parents. Pour l’instant, tous les époux signent avec le nom du père. Donc cela ne semble pas remettre en cause le fonctionnement patriarcal de la famille.

On peut également émettre l’hypothèse que cette façon de signer n’existe que pour les mariages afin de montrer le lien de parenté avec les époux.

Ces observations peuvent faire écho à une révision récente de la loi sur les patronymes.

3. Ouverture : la réforme de 2005 sur le nom de famille

Ces observations m’ont fait penser à la réforme de 2005 sur les patronymes. Quand j’étais adolescente, en 2005, j’ai eu l’impression que cette loi du 18 juin 2003 bouleversait toutes les habitudes et que une nouvelle ère s’ouvrait. Cette impression est aujourd’hui un peu amoindrie à la lecture des actes de mariages du XIXe siècle, quoi que ces doubles patronymes ne sont pas non plus une norme à cette époque. Je n’ai aucune idée de la conséquence de cette loi sur le fonctionnement et la représentation de la famille dans l’époque actuelle, mais je pense qu’il est intéressant d’y jeter un oeil. Je vous propose donc de voir ce que disent cette loi et l’article 311-21 du Code Civil en vigueur pour ouvrir la réflexion. 

           D’après la loi  no 2003-516 du 18 juin 2003 relative à la dévolution du nom de famille,  avant le 1er janvier 2005, un enfant reçoit le patronyme de son père (sauf si l’enfant a été reconnu par la mère en premier, notamment dans le cas où les parents ne sont pas mariés).
Depuis le 1er janvier 2005, un enfant peut porter le nom du père, de la mère ou des deux selon l’ordre qu’ils souhaitent. Les deux noms sont séparés par un simple espace (et non un tiret qui est considéré comme un seul nom) et dans la limite d’un seul nom de famille de la part de chaque parent.

Code Civil : Article 311-21

Lorsque la filiation d’un enfant est établie à l’égard de ses deux parents au plus tard le jour de la déclaration de sa naissance ou par la suite mais simultanément, ces derniers choisissent le nom de famille qui lui est dévolu : soit le nom du père, soit le nom de la mère, soit leurs deux noms accolés dans l’ordre choisi par eux dans la limite d’un nom de famille pour chacun d’eux. En l’absence de déclaration conjointe à l’officier de l’état civil mentionnant le choix du nom de l’enfant, celui-ci prend le nom de celui de ses parents à l’égard duquel sa filiation est établie en premier lieu et le nom de son père si sa filiation est établie simultanément à l’égard de l’un et de l’autre. En cas de désaccord entre les parents, signalé par l’un d’eux à l’officier de l’état civil, au plus tard au jour de la déclaration de naissance ou après la naissance, lors de l’établissement simultané de la filiation, l’enfant prend leurs deux noms, dans la limite du premier nom de famille pour chacun d’eux, accolés selon l’ordre alphabétique.

En cas de naissance à l’étranger d’un enfant dont l’un au moins des parents est français, les parents qui n’ont pas usé de la faculté de choix du nom dans les conditions du précédent alinéa peuvent effectuer une telle déclaration lors de la demande de transcription de l’acte, au plus tard dans les trois ans de la naissance de l’enfant.

Lorsqu’il a déjà été fait application du présent article, du deuxième alinéa de l’article 311-23 ou de l’article 357 à l’égard d’un enfant commun, le nom précédemment dévolu ou choisi vaut pour les autres enfants communs.

Lorsque les parents ou l’un d’entre eux portent un double nom de famille, ils peuvent, par une déclaration écrite conjointe, ne transmettre qu’un seul nom à leurs enfants

Références Légifrance :

Le Code civil – Section 4 : Des règles de dévolution du nom de famille: https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idArticle=LEGIARTI000006424851&idSectionTA=LEGISCTA000006150015&cidTexte=LEGITEXT000006070721

Le nom d’usage des époux : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F868

Alors, les doubles patronymes, une spécialité ardennaise du début du XIXe siècle ? Si vous avez vous aussi des exemples, n’hésitez pas à les mettre en commentaire !

– – MISE A JOUR – –
Plusieurs généalogistes ont des observations qui complètent ces observations :

  • Grâce aux observations de Céline (luniversdeceline.com), que je remercie, une piste régionale se dessine : elle a trouvé des doubles patronymes à Sault lès Rethel en 1827.
https://twitter.com/CelSouef/status/1138805579101671426