L’attrition dans le suivi de populations

Cet article est destiné à tous ceux qui sont seraient confrontés au problème de perte d’une partie de leur groupe de population suivie au cours d’un temps donné. Au programme : définition, un exemple, et que faire avec.

  1. Qu’est-ce que l’attrition ?
    Le trésor de la langue française la définit ainsi dans son sens général : “usure par frottement”.
L’attrition d’une corde

Par extension, dans les études d’un échantillon de population suivi sur un temps donné, elle désigne la perte progressive d’individus au fil du temps. Au final l’échantillon est plus petit.

2. Exemple :

Dans ma thèse, je suis les mariages de 236 familles à Charleville entre 1740 et 1890. Pour l’instant, j’en suis à 1870. Pour déterminer le nombre de familles qui sont restées sur place jusqu’en 1869, j’ai regardé quelles étaient les familles qui se sont mariées entre 1850 et 1869, soit presque 20 ans (environ une génération).
Le résultat est : 95 familles. Cela représente 40 % seulement du corpus de départ. Donc 60% des familles ne sont pas restées ou bien se sont éteintes à Charleville.
Je précise que les familles sont suivies à travers toutes leurs branches (masculines et féminines).

Cela apparaît très visuellement par ce graphique qui représente la proportion de mariages que je note sur la totalité des mariages à Charleville par an (entre 1806 et 1869). On voit que le taux passe d’environ 25 à 30 % à souvent moins de 20% à partir des années 1840. Donc les mariages de mon échantillon sont de moins en moins représentatifs des mariages de toute la population carolopolitaine. La moyenne (en rouge) est à 25% et la médiane à environ 24%.

Le temps userait-il le fil des lignées familiales ?

Ce temps “destructeur des parcours familiaux suivis” serait : la succession des génération ? Les épreuves du contexte politique, social et économique ?

3. Que faire maintenant ? Les raisons et la bonne réaction de l’observateur.

Dans un premier temps, l’accepter : c’est un phénomène assez naturel quand on y réfléchit. Beaucoup d’études l’ont remarqué et ont dégagé des causes.

En effet, cela a été observé surtout en sociologie dans le contexte d’enquêtes qui suivent des familles, notamment par des entretiens au fil des années et des générations, comme l’a pu faire Reuben Hill dans les années 1950, pour comprendre comment les familles prenaient les “grandes décisions” (acheter une maison, etc…). En démographie aussi, cela est observé et théorisé : par exemple l’enquête Étude des relations familiales et intergénérationnelles sous la direction d’Arnaud Régnier-Loilier a bien exposé ce phénomène.

On pourrait aussi observer ce phénomène en dehors du domaine des études sur la famille : pourquoi pas le suivi d’un groupe d’individus d’un certain métier, ou d’un parti. Le principe reste le même : on suit des individus (ou des générations) sur un temps long.

En sociologie ou en démographie, les raisons peuvent être assez variées : le déménagement (et plus globalement la mobilité), le changement d’avis sur la participation, la lassitude ou encore la mort.

En Histoire, même si les individus sont morts (et donc ne peuvent délibérément choisir de ne plus participer à l’étude) nous nous confrontons aux mêmes contraintes. En effet, la mobilité est un facteur majeur, évident pour la seconde moitié XIXe siècle avec le chemin de fer, mais même au XVIIIe siècle, il est important.

Au final, ce n’est pas le temps à proprement parler, mais plusieurs facteurs qui viennent du fait que les choix des individus ne sont jamais prédéterminés en totalité. Chaque nouvelle génération, chaque nouvel individu (et même l’évolution de la vie des individus) signifie la possibilité de sortir du cadre que l’observateur a placé pour sa réflexion.

Pour ce qui est du suivi générationnel, statistiquement, plus les générations se suivent, plus il y a de chances que la situation (professionnelle, géographique) de la famille change et qu’elle soit exclue (par elle même ou par des contraintes extérieures) du cadre du suivi.

Enfin, un autre facteur qui n’est pas forcément principal mais qui peut jouer vient des sources dont dépendent les historiens ; donc une disparition des sources sur l’échantillon de population, ou un “trou” dans la période choisie, peut entraîner une perte de certains individus. Pour la reconstitution des familles, un chaînon manquant peut avoir de grandes conséquences.

En conclusion, il est impossible de maîtriser parfaitement l’échantillon, même en Histoire et même en choisissant des sources exhaustives. Le mieux est d’intégrer ce phénomène à la description de la méthodologie dans une étude.

Cela est nécessaire pour comprendre les biais éventuels qui en seraient des conséquences. Le principal biais serait, par exemple, de sous-estimer la mobilité d’une population. Si on se rend compte de la mobilité, on peut éventuellement (en Histoire) aller chercher des informations sur les individus dans d’autres paroisses/communes, c’est-à-dire élargir le cadre de l’étude, plutôt que de conclure à leur disparition. Tout dépend du choix méthodologique et des buts de l’étude.

En amont, pour éviter de se retrouver avec un échantillon trop petit pour être représentatif à la fin de la période choisie, on peut prendre un échantillon plus large que ce qui est nécessaire. Plus la période étudiée est grande, plus il faut prévoir un taux de perte important, et donc plus il faut prendre un gros échantillon.

Nous aimerions terminer sur une question ouverte : en Histoire sociale, l’attrition n’est-elle pas la preuve que les comportements ne sont jamais prévisibles ni déterminés ? Serait-elle alors le signe que l’individu, par son imprévisibilité, existe dans les sociétés passées ?

Bibliographie pour aller plus loin :

Arnaud Régnier-Loilier (dir.), Portraits de familles, L’enquête Étude des relations familiales et intergénérationnelles, Paris, 2009.

Julien Berard-Chagnon, L’attrition dans les enquêtes sociales : le cas de l’Etude longitudinale du développement des enfants du Québec (ELDEQ), Université de Montréal, 2007 : en ligne :https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/7715/Berard-Chagnon_Julien_2008_memoire.pdf

Reuben Hill, Family Development in Three Generations, Cambridge, Mass. and London, 1970.

Des liens entre scientifiques et grand public en histoire pour l’avenir : une réflexion ouverte

Cet article est une réflexion sur les relations des historiens avec le public, notamment dans le domaine de l’histoire de la famille, qui me semble en essor avec le développement de la généalogie. Il n’a pas pour but d’être un article qui constate et qui fige, mais au contraire d’être un lieu de discussion et d’échange d’idées. Il n’engage donc que mon opinion et celle de ceux qui commenteront. Toute opinion positive ou négative est bienvenue.

Ma conviction est que l’histoire n’a pas pour but de rester dans la “recherche fondamentale” et dans le cercle des experts, mais que la science doit être communiquée à la société. Je pense aussi que la participation des citoyens peut être une aide utile dans l’élaboration de la science universitaire (principe de la science participative).

On le voit pour de nombreuses enquêtes scientifiques qui ont besoin d’une grande masse de données : les scientifiques du museum d’Histoire naturelle demande la participation de la société civile pour observer de nombreuses enquêtes sur les espèces naturelles (Vigie Nature)… En histoire, à la Sorbonne, dans notre projet de base de données en ligne des recensements de Charleville, il existe le projet de collaboration avec les membres d’Ardennes génénalogie pour compléter nos données sur des individus du XIXe siècle. En histoire de la famille, il existe le projet de collaboration avec les membres d’Ardennes génénalogie pour compléter notre base de données d’individus de Charleville au XIXe siècle.

Ce que j’aimerais savoir par cet article est la vision du grand public. Pour pouvoir bien communiquer et être utile, il faut connaître les besoins, les représentations et les attentes.

  • Généalogistes amateurs et professionels, comment voyez-vous les relations avec les historiens (et en particulier avec les historiens de la famille et de la démographie) ? (présence sur internet, les réseaux sociaux, mise à disposition d’outils ou de connaissances, ou autre…)
  • Quelle serait la collaboration qui vous semblerait idéale ? Comment améliorer l’échange de la science ?

Voici un sondage par lequel vous pouvez aussi répondre à ces questions si vous préférez rester anonyme : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfVsUOQDfM4GwU3hmFy-NNyqjUjJ_UOiDmn12EVSfqayrUp3Q/viewform

Note : j’aurais pu faire cette enquête sur Twitter, mais je préfère donner un espace réellement consacré à la question et donner l’opportunité de répondre en plus de 260 caractères.

Un article intéressant du monde sur les sciences participatives : https://www.lemonde.fr/sciences/article/2016/05/23/les-francais-prets-a-participer-a-la-recherche_4924875_1650684.html

 

 

Quand les forces de l’ordre témoignent aux mariages à Charleville (1800-1839)

Au début du XIXe siècle, apparaît dans les actes de mariage de l’état civil le témoignage d’agents de maintien de l’ordre.

Cet article présente une recherche en cours : les conclusions ne sont pas définitives et constituent pour l’instant des pistes pour vérifier une hypothèse.

Cet article est aussi l’opportunité d’aborder certains problèmes de méthodologie concernant les interprétation des statistiques et les différents biais dont il faut se méfier.

Sommaire : 1. Contexte : qui sont ces agents au début du XIXe siècle ?
2. Faits : les témoignages au mariage des agents de maintien de l’ordre à Charleville
3. Hypothèses
4. Conclusion

Bibliographie (pour ceux qui voudraient en savoir plus)

Contexte : agent de police, commissaire, gendarme, garde champêtre… la pluralité des acteurs de la sûreté municipale

Agents de police, commissaires, gendarmes, gardes champêtres… Tous ces acteurs participent à l’ordre public mais sont assez différents. C’est pourquoi il est important de commencer par les différencier. Quand nous les analyserons ensemble, nous les appellerons pour simplifier “acteurs du maintien de l’ordre” ou AMO.

1. La police municipale (agents de police et commissaires)

Tableau 1 : les acteurs du maintien de l’ordre à Charleville par décennie (1800-1839)

Chaque ville de plus de 5 000 habitants a sa propre police municipale et un commissaires à partir de la loi du 19 vendémiaire en IV (confirmée par la loi du pluviôse an VIII (17 février 1800)). C’est le cas de Charleville qui a environ 8 000 habitants à la fin du XVIIIe siècle.

Le maire est le seul responsable du recrutement, du paiement et de l’organisation de cette police. Agent de police et sergent de police désignent les mêmes personnes à Charleville. Le commissaire est, quant à lui, nommé par décret pat le pouvoir exécutif sur proposition du maire. Il dépend à la fois du maire (pour le salaire et les relations quotidiennes), du préfet, et aussi du ministère public pour les questions judiciaires.

Leur recrutement et profil social dépendent beaucoup de la ville où ils exercent.
– Les agents de police ne sont pas forcément des agents très qualifiés, surtout dans les petites villes. A Charleville, les agents recrutés savent lire et écrire de façon aisée.
– La figure du commissaire n’est pas non plus très claire socialement au XIXe siècle. Ce sont en général plutôt des hommes inscrits dans la société locale, puisqu’ils sont proposés par les maires. Ce qui est certain est qu’ils sont recrutés pour certaines caractéristiques, mentionnés dans le règlement du 13 novembre 1848 : avoir entre 25 et 45 ans, savoir lire et écrire, notamment rédiger des rapports et avoir des notions de droit législatif, notamment en droit public.

2. Les gendarmes

Les gendarmes appartiennent au corps militaire : ils sont créés par la loi du 16 février 1791 pour remplacer la maréchaussée d’Ancien Régime et ont pour but d’assurer la sûreté publique, maintenir l’ordre et assurer l’exécution des lois. En 1813, ils sont 30 600 hommes dans toute la France, après une longue période d’augmentation des effectifs, notamment en raison de l’extension du territoire avec les nouveaux départements sous Napoléon. La diminution des effectifs est réelle à partir des années 1830 : la loi de 1828 diminue le nombre de gendarme à 12 000. Les gendarmes étaient surtout recrutés dans le Nord et le Nord-Est de la France.

Ce sont des hommes alphabétisés, recrutés à une taille minimum (1,73m). Ils ne sont en général pas originaires de la région dans laquelle ils exercent leur métier et le mobilité géographique au cours de la carrière empêche un ancrage avec la population locale. Environ 46 % des gendarmes en 1811 sont issus de la société locale seulement (1).

Les brigadiers dirigent la brigade, composée de 4 ou 5 militaires, unité territoriale de base de la gendarmerie. La loi de 1791 fixe le nombre de brigade enre 15 et 18 par département. Selon l’arrêt du 12 thermidor an XI (31 juillet 1801), « chaque brigade sera composée d’un sous-officier et de 5 gendarmes ».

A Charleville, dans le tableau, nous avons de nombreux brigadiers témoins qui viennent de Mezières.

De plus, les gardes champêtres et forestiers et d’autres gardes, ont été intégrés dans le tableau car ils participent localement au maintien de la sécurité et à l’application des lois.

On remarque que les acteurs sont peu nombreux à Charleville : il y a par exemple qu’un seul commissaire (tableau 1). Le fait qu’il n’y en ait aucun entre 1810 et 1829 ne signifie pas qu’il n’y avait aucun commissaire à Charleville, mais simplement qu’aucun n’a été temoin dans l’échantillon. L’erreur d’interprétation serait ici de confondre le nombre des AMO qui témoignent au mariage et leur nombre réel en ville.

(1) J.-N. Luc, F. Medard (dir), Histoire et dictionnaire de la gendarmerie, de la maréchaussée à nos jours, Paris, Ministère de la Défense, 2013, p. 28.

Les faits : les témoins aux mariages

Tableau 2 : nombre de témoignage par les AMO

Le choix d’agent de maintien de l’ordre comme témoin n’est pas très répandu, mais il est quand même significatif: les mariages où ils apparaissent représentent entre 10 % et 25 % du total des mariages de l’échantillon, avec un pic entre 1820 et 1829.

La baisse de 1830-1839 est pour l’instant difficilement explicable. Il faudrait continuer et voir si la tendance à la baisse perdure les années suivantes.

De plus, par mon sujet de thèse qui s’intéresse à un ensemble défini de familles carolopolitaines, je ne regarde que les mariages des famille que je reconstitue. L’ancrage des familles fait que ces époux ont plus de chance d’avoir de la famille sur place et donc des témoins de mariage apparentés.

Si mon hypothèse est vraie, il est possible que la proportion des mariages où les AMO sont témoins soit plus haute si on avait pris toute la population de la ville.

On remarque également qu’ils témoignent souvent par deux et, dans la plupart des cas, les autres témoins ne sont pas apparentés non plus.

En 1810-1819, par exemple, les agents de police témoignent par deux à 6 mariages sur les 21 où ils témoignent : un exemple est donné ci-après. En 1820-1829, ils sont aussi par deux à 5 mariages et même trois à un mariage sur le total de 23 mariages pour cette décennie.

Ce choix de deux agents pour être les deux témoins d’un époux indique que le choix a été fait pour leur profession.

Dans l’exemple ci dessous d’un mariage en 1817, les agents de police sont Jean Baptiste Salmon et Jacques Fayon.

Mariage de Henri Joseph Courbet et Marie Anne Laverne le 17 décembre 1817 à Charleville (AD état civil en ligne 2E105 103 )

La mention « ami de la future épouse » pourrait faire croire que les agents de police sont des amis des époux. Cela est peut-être le cas, mais cette qualification est d’usage lorsque les témoins ne sont pas des parents. Il faut donc toujours s’interroger sur les mots utilisés et comparer si possible avec d’autres documents de la même série.

Hypothèse : un choix par défaut ?

Comment expliquer leur témoignage ?
Leur témoignage au mariage fait penser à celui des bedeaux ou des chantres de la paroisse au XVIIIe siècle. Mon hypothèse est que dans les mariages civils, puisqu’il est obligatoire d’avoir pour chaque époux deux témoins les AMO font office de personne de référence pour être témoins en cas d’absence de témoin proposé par les époux.

Pour vérifier cette hypothèse, nous allons voir s’il existe des liens de parenté avec les époux (1), s’ils sont sollicités pour le mariage de collègues (2), ou encore si des familles choisissent de façon récurrente des AMO comme témoins (3).

  1. Tout d’abord, assez peu de AMO sont apparentés aux époux pour lesquels ils témoignent, comme le montre le tableau 3 ci-après. Mais ils représentent quand même environ 20%.
Tableau 3 : nombre et proportion des témoignages des AMO pour des époux apparentés

On peut préciser les statistiques pour les agents de police et les gendarmes (tableau 4). Environ 15% des agents de police sont apparentés aux époux.

Tableau 4 : témoignages des agents de police et de gendarmes pour des époux apparentés (1800-1839)

Le nombre des témoignages par des gendarmes est trop petit, ce qui explique de fortes fluctuations qui ne sont pas assez significatives.

Parmi les agents de police, nous connaissons Jean Baptiste Salmon et Jacques Fayon, que nous avons vu dans l’exemple du mariage de 1817, et un sergent, Jean Joseph Gerard Melot, car ils appartiennent à deux familles de mon échantillon de familles étudiées pour ma thèse. Aucune des deux familles n’est tournée vers ce métier. Ils sont les seuls à être devenus policiers. Ils témoignent quelques fois pour des membres de leur famille, mais cela est marginal. La plupart des agents de police ne témoignent donc pas pour leur famille.

Cependant je ne connais pas tous les membres de la parenté alliée car je fais des généalogies descendantes. Même si je descends les branches des filles et des garçons pour les familles de mon échantillon, il m’est impossible de connaître en intégralité les arbres généalogiques des alliés avec qui ils se marient.

2. Est-ce qu’ils témoignent alors au mariage de leur collègue ?

Deux gendarmes, en 1817 et en 1825, ont fait appel pour leur mariage à des gendarmes comme témoins : 3 gendarmes témoins (dont un apparenté) en 1817 et 2 en 1825. Si on regarde le tableau 4, on voit que c’est presque la totalité des cas de témoignage. On peut donc conclure qu’on observe majoritairement ici un choix entre pairs pour les gendarmes.

3. Enfin, la sollicitation d’agents de police se fait en grande majorité pour des familles qui ne sont pas les mêmes à chaque fois (pas de choix préférentiel par quelques familles). En effet, quand on regarde les patronymes des époux des mariages en question, il n’y a pas de récurrence significative.

On note par exemple, trois mariages avec des époux de la famille Peret dans les années 1810 et 1820 avec un ou deux AMO témoins, mais trois mariages ne suffisent pas pour être preuve suffisante d’une tendance familiale.

Ils semblent donc être choisis pour leur profession de façon ponctuelle.

Conclusion

  • Il y a au début du XIXe siècle une grande diversité d’acteurs dans le domaine de la police et du maintien de l’ordre.

  • A Charleville, dans le premier tiers du XIXe siècle, les agents de police témoignent en majorité pour des époux qui ne sont pas de leur famille et qui ne sont pas non plus leurs collègues.
    Les gendarmes sont au contraire surtout sollicités pour des collègues.

  • Le témoignage des AMO semble être ponctuel : il n’y a pas de récurrence de ce témoignage de façon familiale qui soit assez fréquente pour vraiment dégager des tendances familiales et expliquer la sollicitation des AMO.

  • Néanmoins, il me reste encore de nombreuses décennies à analyser les prochains mois pour valider mon hypothèse. Avec un élargissement de la période analysée, il y aura peut-être des tendances qui se dessineront.

Bibliographie

M. Auboin, A. Teyssier, J. Tulard (dir.), Histoire et dictionnaire de la police : du Moyen Âge à nos jours, Paris, Robert Laffont, coll. Bouquins, 2005.

J.-M. Berlière, Le monde des polices en France, XIXe-XXe siècles, Bruxelles, Complexe, coll. « Le monde de » (no 2), 1996.

G. Carrot, Histoire de la police française, Paris, Taillandier, 1991.

C. Chevandier, Policiers dans la ville : une histoire des gardiens de la paix, Paris, Gallimard, coll. « Folio, Histoire » (no 198), 2012.

A. Houte, Le Métier de gendarme au XIXe siècle, Presses universitaires de Rennes, 2010.

D. Kalifa, P. Karila-Cohen (dir.), Le Commissaire de police au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2008.

M. Le Clère, Bibliographie critique de la police, Paris, Yser, 1991.

J.-N. Luc, F. Medard (dir), Histoire et dictionnaire de la gendarmerie, de la maréchaussée à nos jours, Paris, Ministère de la Défense, 2013.

Participer à un premier colloque international : enjeux et retours – juin 2019

     J’ai participé du 5 au 7 juin 2019 au colloque international de l’Histoire de la famille et d’Histoire sociale à Albacete, en Espagne. Les jeunes chercheurs étaient invités pour y présenter leurs travaux et faire un état de la recherche européenne actuelle.

Que fait-on exactement lors de ces journées ? Pourquoi ces évènements sont-ils importants ? Quelles sont aujourd’hui les grandes questions à l’étude ?

Avant tout, je tiens à remercier ici encore la faculté des Humanités d’Albacete de m’avoir invitée et d’avoir pris en charge, avec l’Ecole doctorale d’Histoire moderne et contemporaine (Sorbonne Université), la majeure partie du voyage et du séjour. En effet, ce déplacement est un investissement pour le doctorant et pour les facultés. Or, cet investissement n’est pas vain : ces journées sont primordiales pour l’avancée de la science.

Campus universitaire
Un cadeau de la faculté : du safran, production locale !
Faculté des humanités

I. Les échanges scientifiques

Les rencontres scientifiques sont rythmées en demi-journées de présentations qui peuvent être réunies en sous-thème sous la modération d’un autre historien qui fait le lien entre les présentations.

Le programme du colloque d’histoire de la famille et d’histoire sociale d’Albacete montre qu’il y avait une assez grande variété de thèmes parmi les recherches actuelles :

– histoire des relations de parenté parmi les élites
– parmi les marchands et les artisans
– histoire des conflits
– parcours de femmes ou d’enfants de la noblesse

Ex: Emilie Fiorucci, de l’Institut Universitaire Européen, travaille sur les marchands merciers à Venise au XVIe siècle : elle analyse les relations de parenté dans la structuration de cette corporation et elle analyse aussi en particulier les choix des parrains et des marraines pour les enfants de ces merciers. Vous pouvez trouvez un de ses articles sur l’apprentissage au sein de la corporation (1) dans le fichier suivant (à partir de la page 29) : ici

Pour ma part, j’ai présenté la transmission des demandes de dispenses de bans au mariage au XVIIIe siècle au sein de mon échantillon de familles. Si vous souhaitez un article spécifique sur ce sujet assez facile à observer à partir des registres paroissiaux, dites le moi en commentaire 🙂

Statistiques des mariages avec/sans dispense de bans à Charleville (à partir de mes échantillons)
Proportion des mariages avec/sans dispense de bans à Charleville à partir de mes échantillons

Les présentations sont encadrées par une introduction qui est un état de l’historiographie dans chaque pays et des conclusions qui sont des débats sur des questions soulevées par les présentations. Par exemple, nous avons beaucoup débattu du concept d’individu et d’individualisme (est-il vraiment opérant pour comprendre les évolutions en histoire de la famille et en histoire sociale ? Comment le mesurer ?).

Le but final est de travailler ensemble en mettant en commun nos résultats et nos questionnements pour avancer sur des grandes questions.

Pour ma thèse, ces journées ont été d’une grande aide :
– j’ai pu enrichir énormément ma bibliographie avec des ouvrages allemands, italiens, espagnols et même norvégiens !
– j’ai pu confronter mes hypothèses à des études qui ont un autre contexte
– j’ai pu proposer mes hypothèses et me confronter au point de vue et aux questions de mes collègues, ce qui renforce grandement l’argumentation de la thèse.

II. Que se passe-t-il entre les sessions de travail ?

Entre les moments de présentations et de débats, nous nous retrouvons pour déjeuner (ou dîner) et nous en profitons pour nouer des liens et discuter de façon plus informelle sur nos sujets de recherche.

Ces moments d’échange très conviviaux sont importants, car nos présentations ne font que 20 minutes : il est impossible d’aborder toutes les subtilités. Lors des discussions à table et des cafés, nous pouvons découvrir davantage les enjeux des sujets de recherche et poser aussi des questions plus précises (voire plus inconfortables !). Cela est vraiment très agréable car au final nous avons peu d’occasions de parler longuement de nos thèse dans notre quotidien, car nous sommes assez peu entourés de spécialistes de notre champs de recherche.
La présence de chercheurs de toute l’Europe nous invite à parler espagnol, italien, allemand, anglais… D’où la nécessité pour le doctorant de suivre des formation en langues étrangères ! L’anglais souvent ne suffit pas : il est assez utile de parler espagnol ou italien (et dans ce domaine, je dois encore tout apprendre !).

De plus, c’est l’occasion de nouer des relations amicales qui ouvrent les portes de futures possibles collaborations 🙂 !

J’ai été également heureuse de découvrir Albacete, qui est une ville moyenne d’environ 170 000 habitants (dans la commune) située à 250 km au sud-est de Madrid. L’ambiance était très sympathique : pendant le séjour, il y avait un mercado medieval (marché médiéval), un peu l’équivalent de notre marché de Noël, mais sur le thème du Moyen Âge (assez revisité avec l’imaginaire des dragons etc…).

Voici pour terminer quelques photos de la ville, en espérant qu’elles vous donneront envie de voyager et que cet article vous ait donné une meilleure visibilité de ce qu’est un colloque et de ses enjeux 🙂

 

Notes
(1) E. Fiorucci, “L’apprentissage dans les statuts des corps de métiers vénitiens”, in A. Bellavitis, M. Frank, V. Sapienza (ed.), Garzoni : Apprendistato e formazione tra Venecia e l’Europa, Mantova : Universitats Studiorum, 2017.

Les doubles patronymes

Résumé : ce billet présente une observation des signatures au double patronyme, telles qu’on peut les voir aujourd’hui, au début du XIXe siècle dans le cadre de ma thèse. Il propose des hypothèses d’interprétation.

Sommaire : 1. L’existence de doubles patronymes au XIXe siècle
2. Est-ce significatif ? Le signe d’une remise en cause de la transmission patriarcale ?
3. Ouverture : la réforme de 2005 sur le nom de famille

Introduction : ces observations concernent mon étude sur la population de Charleville dans le cadre de ma thèse présentée ici.
Ma politique sur la communication d’informations sur les familles étudiées : A propos et charte du carnet.

1. L’existence de doubles patronymes au XIXe siècle : deux exemples

  • 1ere exemple en 1808
Capture d’écran 2019-05-11 à 18.11.10
Mariage Regnault-Tisseron (17/01/1808) 2E105 101 A.D. Ardennes

Voici l’acte de mariage de Jean Nicolas Regnault et Marie Charlotte Tisseron en 1808.  Il n’y a pas d’ordre de signature défini, donc voici comment j’interprète les signatures selon leur ordre : 

– les deux premières sont les époux
– en dessous, “Tisseron Petre” et “Regnaut Brincourt” correspondent aux père des époux
– en dessous, “Petre Tisseron” et “Barbe Antoinette Brincourt” sont les mères des époux  (puisqu’il est mentionné à la fin de l’acte que les 4 parents ont signé)
– ensuite, Gailly Tisseron correspond au témoin Nicolas Marie Gailly, qui a épousé une femme Tisseron. A droite, la signature qui suit est “Tisseron” pour Gaspard Victor, le 2e oncle témoin.
– enfin, les dernières signatures correspondent aux autres témoins : Jean François Hubert et Charles Louis Bodson de Noirefontaine. La dernière en bas à droite, Forest, est celle du maire.

L’ordre des signatures ne correspond donc pas à l’ordre énoncé des témoins énoncés dans l’acte. On remarque aussi que les femmes peuvent donc emprunter ce mode de signature.

  • Un deuxième exemple qui présente le même phénomène en 1827 :
Signatures doubles 1827
Au mariage de Pierre Joseph Bouhon et Marie Eugénie Liblanc le 05/06/1827 Deux signatures doubles : “Bouhon Lagrive” (père de l’époux) et “Liblanc Lambert” (frère de l’épouse). 2E105 105 Archives Départementales des Ardennes
  • Est-ce un phénomène courant ?

J’ai commencé à voir ce genre de signature au XIXe siècle. Auparavant, dans l’Ancien Régime, je n’ai vu que les veuves qui signent éventuellement de leur nom de jeune fille suivi de “veuve [nom d’épouse]”. La règle générale est celle de donner à l’enfant né de parents mariés le nom de famille du père (et le nom de la mère pour l’enfant né hors mariage).

Les doubles signatures concernent en fait assez peu de mariages dans mon corpus : 11 mariages ont au moins une double signature entre 1800 et 1809 (5,5% du total des mariages enregistrés dans ma base de données), 8 mariages entre 1810 et 1819 (4%), 10 mariages entre 1820 et 1827 (6,8%).
Cet usage est donc assez marginal. Je n’ai pas encore trouvé de point commun entre ces mariages et ces individus. Je n’ai donc pas (encore) de facteur explicatif.

2. Est-ce significatif ? Le signe d’une remise en cause de la transmission patriarcale ?

Le choix du nom de famille touche à la question des règles de transmission, mais aussi plus largement à l’organisation de la parenté et à sa représentation.

Il est difficile de trouver le phénomène des doubles signatures significatif dans la mesure où l’usage est assez rare. Cependant, il traduit peut-être une représentation du mariage comme :
– une association de deux familles
– une association de deux personnes qui gardent leur propre identité familiale dans le mariage.

Il faut préciser que je n’ai pas encore vu d’époux qui signe avec les noms de famille de ses deux parents. Pour l’instant, tous les époux signent avec le nom du père. Donc cela ne semble pas remettre en cause le fonctionnement patriarcal de la famille.

On peut également émettre l’hypothèse que cette façon de signer n’existe que pour les mariages afin de montrer le lien de parenté avec les époux.

Ces observations peuvent faire écho à une révision récente de la loi sur les patronymes.

3. Ouverture : la réforme de 2005 sur le nom de famille

Ces observations m’ont fait penser à la réforme de 2005 sur les patronymes. Quand j’étais adolescente, en 2005, j’ai eu l’impression que cette loi du 18 juin 2003 bouleversait toutes les habitudes et que une nouvelle ère s’ouvrait. Cette impression est aujourd’hui un peu amoindrie à la lecture des actes de mariages du XIXe siècle, quoi que ces doubles patronymes ne sont pas non plus une norme à cette époque. Je n’ai aucune idée de la conséquence de cette loi sur le fonctionnement et la représentation de la famille dans l’époque actuelle, mais je pense qu’il est intéressant d’y jeter un oeil. Je vous propose donc de voir ce que disent cette loi et l’article 311-21 du Code Civil en vigueur pour ouvrir la réflexion. 

           D’après la loi  no 2003-516 du 18 juin 2003 relative à la dévolution du nom de famille,  avant le 1er janvier 2005, un enfant reçoit le patronyme de son père (sauf si l’enfant a été reconnu par la mère en premier, notamment dans le cas où les parents ne sont pas mariés).
Depuis le 1er janvier 2005, un enfant peut porter le nom du père, de la mère ou des deux selon l’ordre qu’ils souhaitent. Les deux noms sont séparés par un simple espace (et non un tiret qui est considéré comme un seul nom) et dans la limite d’un seul nom de famille de la part de chaque parent.

Code Civil : Article 311-21

Lorsque la filiation d’un enfant est établie à l’égard de ses deux parents au plus tard le jour de la déclaration de sa naissance ou par la suite mais simultanément, ces derniers choisissent le nom de famille qui lui est dévolu : soit le nom du père, soit le nom de la mère, soit leurs deux noms accolés dans l’ordre choisi par eux dans la limite d’un nom de famille pour chacun d’eux. En l’absence de déclaration conjointe à l’officier de l’état civil mentionnant le choix du nom de l’enfant, celui-ci prend le nom de celui de ses parents à l’égard duquel sa filiation est établie en premier lieu et le nom de son père si sa filiation est établie simultanément à l’égard de l’un et de l’autre. En cas de désaccord entre les parents, signalé par l’un d’eux à l’officier de l’état civil, au plus tard au jour de la déclaration de naissance ou après la naissance, lors de l’établissement simultané de la filiation, l’enfant prend leurs deux noms, dans la limite du premier nom de famille pour chacun d’eux, accolés selon l’ordre alphabétique.

En cas de naissance à l’étranger d’un enfant dont l’un au moins des parents est français, les parents qui n’ont pas usé de la faculté de choix du nom dans les conditions du précédent alinéa peuvent effectuer une telle déclaration lors de la demande de transcription de l’acte, au plus tard dans les trois ans de la naissance de l’enfant.

Lorsqu’il a déjà été fait application du présent article, du deuxième alinéa de l’article 311-23 ou de l’article 357 à l’égard d’un enfant commun, le nom précédemment dévolu ou choisi vaut pour les autres enfants communs.

Lorsque les parents ou l’un d’entre eux portent un double nom de famille, ils peuvent, par une déclaration écrite conjointe, ne transmettre qu’un seul nom à leurs enfants

Références Légifrance :

Le Code civil – Section 4 : Des règles de dévolution du nom de famille: https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idArticle=LEGIARTI000006424851&idSectionTA=LEGISCTA000006150015&cidTexte=LEGITEXT000006070721

Le nom d’usage des époux : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F868

Alors, les doubles patronymes, une spécialité ardennaise du début du XIXe siècle ? Si vous avez vous aussi des exemples, n’hésitez pas à les mettre en commentaire !

– – MISE A JOUR – –
Plusieurs généalogistes ont des observations qui complètent ces observations :

  • Grâce aux observations de Céline (luniversdeceline.com), que je remercie, une piste régionale se dessine : elle a trouvé des doubles patronymes à Sault lès Rethel en 1827.
https://twitter.com/CelSouef/status/1138805579101671426

 

Construire et conserver avec éthique (bases des données et généalogies)

Résumé : Quels sont les outils de conservation de données à votre disposition ? Quels sont les enjeux de vos données ? Comment faire en sorte que vos recherches soient utiles aux générations futures ? Si vous faites de la recherche ou si vous êtes généalogiste (professionnel ou amateur), cet article peut vous intéresser.

Sommaire : 1. Les logiciels propriétaires de bases de données

2. Les logiciels propriétaires de généalogie

3. Pourquoi les logiciels propriétaires posent-ils un problème d’éthique ?

4. Les bases de données et la loi République numérique de 2016

1. Les logiciels propriétaires de bases de données

Les bases de données sont un stockage et une agrégation d’un certain nombre d’informations qui peuvent être de différentes natures et qui sont liées entre elles (d’où l’interêt de ces bases).

En Histoire de la famille et de la démographie, il est fréquent d’utiliser des logiciels destinés au calcul, comme Excel ou Numbers, pour en faire des bases de données. Dans ma thèse par exemple, j’ai besoin de ce logiciel pour entrer de façon systématique les informations un grand nombre d’actes de mariages. Différents types de logiciels existent.

Les logiciels propriétaires sont ceux que l’on acquiert généralement en payant : soit un abonnement à l’année (Pack Office avec Word, Excel et Access), soit en achetant un appareil (Apple avec Pages, Numbers et Keynotes). Wikipédia présente un tableau des différents logiciels existants, notamment qui sont propriétaires :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_de_gestion_de_base_de_donn%C3%A9es#Le_march%C3%A9

2. Les logiciels propriétaires de généalogie

Il existe des logiciels qui permettent d’entrer des individus, les informations qu’on a sur eux, et les liens entre eux. Des arbres généalogiques peuvent être générés selon des critères de base : arbres descendants et/ou ascendants, graphisme épuré ou recherché (un arbre par exemple) et la possibilité de mettre des photos.

Ils peuvent être payants : il faut acheter une licence pour l’utiliser ; chaque année une nouvelle version du logiciel est éditée et nous sommes encouragés à l’acheter. En effet, j’ai moi-même commencé avec ce genre de logiciel en 2014 et depuis 2017 j’ai énormément de mal à le faire fonctionner à cause des bugs systématiques. Ils peuvent être  aussi gratuits sous la forme d’échantillon librement téléchargeable et limité à l’entrée de 50 individus. Ils peuvent également être entièrement gratuit, mais pas libre car le code source n’est pas donné.

Sur Wikipédia, un tableau réunit tous les logiciels selon leur nature, je vous encourage vivement à y jeter un coup d’oeil : https://fr.wikipedia.org/wiki/Logiciel_de_g%C3%A9n%C3%A9alogie#Logiciels_propri%C3%A9taires_payants

Les logiciels payants sont souvent les plus beaux et les plus aboutis en terme de praticité, il faut bien l’avouer. Dans les logiciels de base de données, beaucoup donnent des outils d’exploitation.

Mais la beauté et la praticité de ces logiciels propriétaires valent-elles le coup ?

3. Pourquoi les logiciels propriétaires posent-ils un problème d’éthique ?

Pour faire court : quand on utilise un logiciel propriétaire, on ne le maîtrise pas. Ce n’est pas qu’une question d’argent, c’est aussi une question de principe : on ne maîtrise pas les règles d’utilisation et on perd une partie de la souveraineté des données que l’on donne au logiciel. Le code est la seule clé pour pouvoir manipuler un logiciel et savoir réellement comment il fonctionne. Il permet également de le modifier pour l’adapter à nos besoins : créer de nouvelles fonctionnalités et même  partager cette mise à jour avec d’autres personnes. En somme, la capacité d’adaptation et d’évolution du logiciel.

Mais surtout cette situation me pose un réel problème d’éthique car je manipule des données personnelles. Certes, les individus étudiés sont décédés depuis longtemps (plus de 100 ans pour mon corpus) et les sources des informations sont librement disponibles ; il n’y a plus réellement de protection sur la vie de ces individus. Cependant, à mes yeux, il s’agit toujours de données sensibles : il s’agit d’êtres humains, et l’histoire des familles peuvent toucher à l’identité des individus vivant aujourd’hui. 

Ce qui m’inquiète également est que les logiciels non libres connaissent les liens entre les individus. Or, grâce aux connections internet souvent proposées, il est possible de faire des liens entre des individus vivants grâce aux liens qu’ils ont par leurs ancêtres. Je ne parlerai pas ici des tests ADN (illégaux en France), mais c’est le même problème.

Cela équivaut pour les bases de données : dans mon cas, ma base de données des actes de mariages sont des données personnelles.

Conclusion : Chacun est libre de partager des données sur son identité s’il le souhaite. Mais justement : il faut être sûr qu’on le souhaite et être sûr que l’on est d’accord avec les règles du jeu (du logiciel). Il est toujours prudent de se renseigner et de comparer les possiblités.

Le site suivant présente 7 logiciels de base de données gratuits avec leurs points forts et leurs points faibles : https://www.capterra.fr/blog/327/base-de-donnees-top-7-logiciels-gratuits
Pour les logiciels de généalogie, je vous renvoie au lien wikipédia donné plus haut.

Note : GPL (Licence publique générale GNU) et LGPL (Licence publique générale limitée GNU) sont des appellations de logiciels libres. Le LGPL est un peu plus protégé.

4. Les bases de données et la loi République numérique de 2016

Une chose à savoir pour un nouveau chercheur est que depuis 2016, la loi “République numérique” du 7 octobre 2016 instaure comme règle qu’une base de données qui a servi à des recherches financées à partir de 50% d’argent public peut être réutilisable.

Voici l’article 30, chapitre II “Economie du savoir”, art II« II.-Dès lors que les données issues d’une activité de recherche financée au moins pour moitié par des dotations de l’Etat, des collectivités territoriales, des établissements publics, des subventions d’agences de financement nationales ou par des fonds de l’Union européenne ne sont pas protégées par un droit spécifique ou une réglementation particulière et qu’elles ont été rendues publiques par le chercheur, l’établissement ou l’organisme de recherche, leur réutilisation est libre.

La loi n’impose donc pas une mise à disposition de la base de données (peut-être le sera-t-elle un jour ?), mais l’encourage.

Conclusion générale :

Il est donc bon de se poser la question de la diffusion dès le début de l’entreprise de la création d’une base de données : quel logiciel utiliser, quel logiciel pourra perdurer dans le temps et garantir une réutilisation éthique des données ?

Pour perdurer dans les recherches, il est nécessaire d’avoir un logiciel capable de s’adapter dans le temps : aux nouvelles attentes, aux nouveaux matériels (nouveaux systèmes d’exploitation), aux nouvelles façons de travailler (travail d’équipe en réseau, travail collaboratif).

800px-Library_of_Congress,_Rosenwald_4,_Bl._5r
[Encyclopedic manuscript containing allegorical and medical drawings], Library of Congress, Rosenwald 4, Bl. 5r, sur Wikipédia

D’un point de vue stratégique, je pense qu’il est fondamental d’avoir un logiciel libre pour garantir la pérennité de ses recherches et fournir aux chercheurs (voire aux futurs chercheurs) des bases qui les aideront à aller plus loin que nous-mêmes dans nos recherches, les “épaules de géants” sur lesquelles ils pourront s’asseoir (Bernard de Chartres, XIIe siècle).

Mais si, en plus, cela a du sens d’un point de vue éthique, alors, je crois qu’il est indispensable de le faire.

Si on utilise des logiciels propriétaires, comment envisager la transition sereinement ?
Moi-même j’ai utilisé ces logiciels (et je dois bien avouer que leur praticité me fait encore parfois les utiliser) ; mais se poser la question est une première étape. Ensuite, on peut prendre le temps de regarder et trouver le logiciel libre qui nous conviendra le mieux selon nos objectifs et notre matériel de travail. Progressivement, nos habitudes changent : on n’est pas obligé de faire tout basculer en une journée. Pour ma part, si la transition prend du temps, elle vaut le coup car elle me permet de respecter mes valeurs et dormir sur mes deux oreilles !

Présentation

Ce carnet de recherche a pour but de publier des articles sur mes recherches dans le cadre de ma thèse “Transmissions et cultures familiales : une étude de la population de Charleville (1740-1890)”: sur les sources, la méthodologie, la bibliographie et des observations.

Mon sujet de thèse porte sur les transmissions au sein des familles à Charleville, entre 1740 et 1890. Il s’inscrit dans le champ d’Histoire de la famille de la démographie. Je mène ma thèse à Sorbonne Université, au sein du Centre Roland Mousnier.

Voici une présentation sous forme de questions / réponses.

img_6771
La place ducale actuelle de Charleville-Mezières, octobre 2017

Chronologie : pourquoi faire une thèse ?

J’ai commencé ma thèse en septembre 2018, mais avec un travail sur les sources qui a commencé depuis juin 2018. Mon projet de thèse a été élaboré pendant mon année de stage dans le secondaire. Année qui a été très profitable pour faire une pause, prendre du recul sur le travail de Master et lire des études que je n’avais pas encore lues. J’insiste sur l’utilité d’avoir cependant une coupure entre deux projets de recherche : elle m’a permis d’avoir les idées plus claires et de faire mûrir le regard et la réflexion en prenant de la distance.

Ce projet s’inscrit dans la continuité de mon Master sur le parrainage, qui était aussi sur la population de Charleville. J’aime la recherche : chercher et écrire, comprendre puis convaincre. Je ne pouvais pas envisager de ne pas faire de thèse : je voulais me lancer dans cet exercice difficile et formateur.

Terrain de recherche : pourquoi Charleville ?

Charleville avant 1679
Détail de la Vue de Mézières, Charleville et Mont Olympe à vol d’oiseau, peinture, 1679 (BNF ge B 6923 (RES))

Charleville, aujourd’hui Charleville-Mézières, est une ville riche et précieuse pour l’histoire de la famille et de la démographie en raison de ces archives. Cette ville est fondée au début du XVIIe siècle par le prince Charles de Gonzague. Elle connaît dès le XVIIIe siècle des dénombrements de population, ce qui est exceptionnel en France et en Europe. Ces dénombrements de population ont permis de créer une base de données nominative et de faire une histoire de la population.

Quelles sont les sources utilisées pour cette thèse ? Comment sont-elles utilisées ?

Pour cette première année : les registres paroissiaux du XVIIIe et registre d’état-civil de la Révolution et du XIXe siècle ainsi que les recensements. J’utilise les actes de mariages pour reconstituer un échantillon de plus de 200 familles.

Les données extraites de ces sources sont analysées pour déterminer l’histoire des familles de mon corpus et ce qui est transmis d’une génération à une autre dans ces familles.

Pourquoi être sur deux périodes différentes (le XVIIIe en moderne et le XIXe siècle en contemporaine) ?

La transition entre le XVIIIe et le XIXe siècle est très intéressante pour les historiens car elle présente des évolutions. La Révolution puis l’Empire changent beaucoup de règles d’organisation de la famille, mais aussi parce qu’il existe beaucoup de permanences. De plus, comme une génération représente environ 30 ans en moyenne,  rester sur un seul siècle pour étudier des transmissions sur plusieurs générations serait restreindre grandement l’étude.

Que pourrez-vous lire sur le blog ?

Les billets à venir n’ont pas vocation  à présenter de façon exhaustive toute ma thèse, mais ils montreront plus en détail les observations dans la recherche quotidienne et mes réflexions sur la méthodologie et les outils.

Vous trouverez également :
– des observations et des questions secondaires par rapport à mes questions principales mais qui sont intéressantes et méritent d’être creusées.
– des articles destinés aux doctorants pour les aider dans leur quotidien : dans la vie universitaire (choix des formations, participer à un colloque) et dans la rédaction de la thèse (outils et logiciels).
– des articles de vulgarisation : points précis d’histoire de la famille et des méthodes de lecture de sources.

Pour plus d’informations, vous pouvez aussi consulter la page A propos et charte du site.