Les dispenses de bans, un indice subtil de l’histoire des familles et des invididus

Résumé de l’article : les dispenses de bans au mariage aux XVIIe et XVIIIe siècles sont des indices intéressants et faciles à observer.

Nous remercions la Fédération Française de Généalogie de nous avoir proposé de faire cet article afin d’aider dans leurs recherches tous ceux qui aiment faire de la généalogie et connaître quelques éléments d’histoire sociale.


Plan : 1. La définition et les règles des dispenses de bans
2. Les interprétations possibles
3. Pour aller plus loin

  1. La définition et les règles des dispenses de bans

Durant l’Ancien Régime, il existe des règles qui encadrent la cérémonie du mariage. Les interdits de consanguinité en deça du 4e degré de parenté et les dispenses demandées à l’archévêque sont assez bien connus des généalogistes. En revanche, on passe moins de temps sur les dispenses de bans.

Qu’est-ce qu’un ban ? Un ban est, dans ce contexte, la proclamation publique du mariage prévu lors de la messe d’un dimanche. La règle est de faire cette proclamation à trois dimanches. dans la paroisse des époux ou de chacun des époux (si les époux ne viennent pas de la même paroisse).

La publicité des bans a plusieurs buts :
– s’assurer que l’un des deux époux n’a pas contracté d’union précédemment (auquel cas, quelqu’un pourra s’opposer à l’union)
– maintenir l’ordre social en empêchant les unions clandestines (sans le consentement des parents).

Il s’agit pour l’Eglise et pour l’Etat d’une condition de validité du mariage. Le Concile de Trente l’affirme en 1563. En France, la règle est consacrée par l’ordonnance de Blois de 1579 puis par la déclaration de Saint-germain de 1639. Le concile de Trente admet que cette règle puisse assouplie : les trois bans peuvent être réduits à un seul par une dispense accordée par l’archevêché.

A la demande des parties, l’archevêque de la région dans laquelle se trouve la paroisse des époux peut délivrer une dispense d’un ban ou de deux bans, c’est-à-dire réduire la période des fiançailles de une à deux semaines. Elle permet aussi d’empêcher de fait que des personnes puissent s’opposer au mariage.

Mariage de Pierre François Raucourt en 1776 avec la dispense de 2 bans à Charleville. Archives Départementales des Ardennes EDEPOT/CHARLEVILLE/GG 67
Mariage de Pierre François Raucourt en 1776 avec la dispense de 2 bans à Charleville. Archives Départementales des Ardennes EDEPOT/CHARLEVILLE/GG 67

2. Les interprétations

Malheureusement les actes de mariage ne mentionnent pas la raison des dispenses. Cependant, on peut déduire assez facilement certains facteurs à partir d’indices :

  • la nécessité de se marier rapidement en raison d’un début de grossesse -> il faut voir la date de naissance du premier enfant
  • la nécessité de se marier rapidement car on arrive à une période d’interdit : le Carême et l’Avent. Elle peut se combiner avec une grossesse prénuptiale.
  • en raison de la maladie ou de la mort redoutée d’une des deux parties -> on peut regarder si l’un des deux époux meure précocement après le mariage
  • en raison d’une profession qui nécessite de se déplacer, en combinaison avec d’autres contraintes de temps -> il faut voir les professions comme celle des marchands ou des soldats.

Un autre facteur plus difficile à identifier est celui d’éviter les oppositions sociales : par exemple en cas de conflits entre les deux familles, ou d’un mariage considéré comme non conventionnel entre des époux avec un grand écart d’âge. Ces oppositions ne manifestent souvent sous la forme du charivari. Ce dernier n’invalide pas le mariage, mais il est une forme de stigmatisation sociale.

Il est donc intéressant de regarder les raisons derrière les dispenses pour mieux comprendre le quotidien des individus et des familles. Cela peut notamment être l’indice d’une profession qui nécessite le déplacement si on n’a aucune autre information dans les actes.

3. Pour aller plus loin

  • Les archives de l’archevêché détiennent en principe les dossiers qui expliquent, mais il est difficile parfois d’y accéder.
  • Les mariages protestants durant l’Ancien Régime connaissent la même règle même après la révocation de l’édit de Nantes par l’édit de Fontainebleau en 1685.
  • Les dispenses de bans existent aussi après la Révolution, au XIXe siècle. Il faut alors chercher non pas dans l’état civil, mais dans les registres de catholicité.
  • Il existe de forte variations régionales : en Espagne, par exemple, en Catalogne, dans le diocèse de Gérone, près des trois quarts des mariages demandaient une dispense de ban au début du XIXe siècle, au point que la règle semble être devenue l’exception (R. Congost et al). Dans mes études sur Charleville-Mezières, seulement un quart des mariages de mon échantillon de population demandait une dispense au XVIIIe siècle.

Avez-vous remarqué cela vous aussi dans votre famille ou dans la paroisse de votre famille ?

 

Bibliographie
S. Beauvalet-Boutouyrie, La population française à l’époque moderne, Paris, 2008.
J.-C. Bologne, Histoire du mariage en Occident, Paris, 1995.
R. Congost, J. Portell, E. Saguer et al., « Les dispenses de bans. Une source pour la démographie historique et l’histoire sociale », Population, 2012/3 (Vol. 67), p. 549-563. URL : https://www.cairn.info/revue-population-2012-3-page-549.htm
J. Gaudemet, Le mariage en Occident, Les moeurs et le droit, Paris, 1987.

 

 


3 réflexions sur « Les dispenses de bans, un indice subtil de l’histoire des familles et des invididus »

  1. La principale raison n’est même pas évoquée : ces dispenses étaient communément appelées aux XVIIe et XVIIIe siècles des dispenses de pauvreté, car un veuf ou une veuve bien pauvre et chargé(e) de jeunes enfants devait se remarier très vite pour que l’un travaille pendant que l’autre s’occupe des enfants.
    Marie-Odile Mergnac

    1. Bonjour Madame,
      oui, je l’évoque sans employer la même expression : se (re)marier très vite est une nécessité qui explique la demande de dispense. La vitesse peut être expliquée par la pauvreté ou des nécessités de mobilité (professionnelle par exemple), mais cela dépend de chaque famille. Il faut le contexte précis pour être sûr de parler de “dispense de pauvreté”.

    2. Bonjour Madame,
      Je trouve l’introduction de votre commentaire plutôt agressif, voire méprisant. J’ai une autre idée de la généalogie et de ses acteurs.
      Cordialement.
      Pierre METREAU
      à la recherche d’histoires familiales, qui a besoin de conseils mais pas de leçons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.