L’héritage familial de Joey dans « Friends » (et autres conclusions du confinement)

Que s’est-il passé pendant les derniers mois ? Comment la situation sanitaire, sociale et politique actuelle a impacté ma recherche ? Après un bref exposé de ces questions, je vous parlerai de la lecture d’un des personnages de Friends, que j’ai pu revoir pendant le confinement. Ce personnage est très intéressant au regard de mon sujet de recherche sur les transmissions familiales.

Le confinement et ses conséquences – un bilan rapide

Le confinement en mars dernier a bouleversé la vie et la recherche de nombreux doctorants. Si on résume, les principaux problèmes ont été :

  • l’accès à la bibliographie : on a toujours de besoin de lire pour chercher des informations, creuser certains points, retrouver les pages exactes d’une citation pour la rédaction d’un article… Même avec les bibliothèques virtuelles et numérisées (et l’effort exceptionnel porté par de nombreuses bibliothèques et éditeurs), il y a eu des manques.
  • l‘accès aux archives : j’ai dû annuler un séjour aux archives des Ardennes, qui devait être consacré à la lecture des archives notariales, pour finalement me concentrer sur les actes de décès en ligne.
  • un travail supplémentaire de continuité pédagogique quand on enseigne : il faut assurer le lien avec les étudiants et être présent le plus possible pour les aider à ne pas décrocher et leur donner l’opportunité de s’entraîner avec de nombreux devoirs supplémentaires
  • et aussi un climat d’anxiété (notamment si le doctorant et/ou sa famille est tombé malade) et un stress d’adaptation à la nouvelle situation qui peut empêcher d’être aussi « performant » dans le travail qu’auparavant, du moins pendant les premières semaines du confinement.

Le confinement a été aussi pour moi un moment de réflexion sur les publications : les réseaux sociaux et les médias ont été les lieux de discussion sur des sujets sérieux, jusqu’à aujourd’hui avec les tensions sociales et la lutte contre le racisme. Les sujets de recherche, en tout cas pour mon cas, ne s’articulent pas toujours à l’actualité ni ne peuvent toujours apporter des solutions « clés en main » aux problèmes de la société. Il me semble que du temps est parfois nécessaire pour formuler une réflexion à la hauteur des enjeux.
Beaucoup de choses pourraient être dites aussi sur les études scientifiques et leur méthodologie, mais je n’ai pas voulu entrer dans le débat ni attiser le feu des controverses. Bientôt, je prévois d’écrire au sujet la méthodologie scientifique (en Histoire) et de ses principes ainsi que des raisons de la longueur que prennent les recherches et les publications.

A côté de tout cela, j’ai pu aussi regarder davatange de séries en streaming. J’ai notamment regardé Friends sur Netflix et j’ai redécouvert le personnage de Joey. Pour m’amuser, je me suis livrée à une petite analyse sur ce dernier à partir de mes propres questions de recherche.

L’héritage familial pour comprendre le personnage de Joey

Si vous ne connaissez pas la série, Joey (Joseph de son prénom) Tribbiani est un new-yorkais d’origine italienne. Il est vraisembablement né à New York, sans que j’ai pu identifier exactement dans quel quartier (le Queens peut-être ?). Ce personnage touchant a souvent le rôle du « simplet » dans le groupe d’amis.

Le rôle de Joey est marqué par beaucoup de stéréotypes. Nous pouvons tenter de trouver une explication à ces derniers à partir de l’histoire des immigrés italiens aux Etats-Unis dans les années 1880-1930. Comme ils étaient en majorité des travailleurs pauvres et qu’ils étaient souvent soupçonnés d’être tous dans la mafia, Joey est le personnage de l’italien qui n’a pas fait d’étude, qui lit seulement des revues de charmes et qui peut facilement avoir envie de se battre si son honneur (ou celui de ses amis) est bafoué.

Mais au-delà de ces stéréotypes, Joey est le personnage qui illustre le mieux les transmissions familiales et ses conséquences sur l’individu, telles que je les étudie.

Pourquoi ? L’idée m’est venue lors du visionnage de l’épisode 9 de la saison 8, quand Monica prépare le repas de Thanksgiving. Joey tient à ce qu’elle prépare une dinde, ce qui n’était pas prévu puisque personne au sein du groupe n’en avait envie. Joey insiste et promet à Monica qu’il la finira en entier. Elle accepte mais elle lui demande s’il est sûr de lui. Joey répond alors :

« That’s right. Cause I’m a Tribbiani. This is what we do. I mean, we may not be great thinkers or world leaders. We don’t read a lot or run very fast, but damn it, we can eat ! »

« Absolument. Parce que je suis un Tribbiani. Ca, c’est un truc qu’on sait faire, nous. On n’est p’tre pas de grands penseurs, nous, ni des dirigeants mondiaux, on lit pas énormément et on court pas très vite, mais pour la bouffe on assure ! » (VF)

Joey Tribbiani, Friends, Saison 8, épisode 9, « celui qui avait fait courir la rumeur »
Grâce à youtube et à des fans qui ont enregistré les passages, vous pouvez avoir également le jeu des acteurs. S08E09 Friends : le passage est à partir de 0.30
Je précise que l’utilisation de ce bref extrait de la série est ici à des fins pédagogiques, pour illustrer une réflexion sociologique et historique.
Je n’encourage pas à la diffusion de l’oeuvre en dehors des droits d’auteurs.

Il m’a paru intéressant d’écouter la version originale car elle traduit un peu plus l’idée de « capacité » familiale, avec les verbes « can » et « do ». La phrase « this is what we do » (littéralement en français : « c’est ce que nous faisons ») exprime un peu plus l’idée d’un usage familial intégré comme une norme que sa traduction en français. Joey plaisante peut-être un peu, mais dans le fond, il met en évidence quand même l‘idée d’avoir un savoir-faire appris dans sa famille, qui marque de façon significative son identité.

Cette conscience d’héritage familial a été préparé dans un autre épisode où il se rend compte avec Rachel que chacun d’entre eux reprend les façons de faire de leur père, jusqu’à présent sans le savoir. Dans l’épisode 3 de la saison 7, Rachel essaie d’enseigner la navigation à Joey, qui a acheté un bateau. Elle-même avait appris avec son père et elle reprend sa méthode d’enseignement « à la dure », ce qui rebute Joey. Au moment où Joey veut abandonner la leçon, voici leur échange :

Rachel – « Greens do not quit !

Joey – Greens ? I’m a Tribbiani. Tribbianis quit. »

Rachel – « Les Green ne se barrent pas !

Joey : Les Green ? Eh, attend, moi je suis un Tribianni et les Tribianni ça se barre ! »

Rachel Green et Joey Tribianni, Saison 7 épisode 3 : « celui qui portait des lunettes ».

Ici encore, les individus portent en eux des façons de faire qui sont expliquées principalement par le facteur familial.

Mon sujet de recherche peut donc être résumé dans ces deux scènes : le questionnement sur les usages familiaux, qui peuvent parfois être conscientisés comme un élément identitaire et/ou de distinction dans la société. Pourquoi certaines familles semblent se distinguer par certains usages et pas d’autres ? Combien de temps, en générations, persistent cette identité familiale et ce sentiment d’appartenance ?

Dans Friends, l’identité familiale est souvent utilisée pour expliquer le comportement individuel des personnages, en particulier celui de Joey. Nous pouvons tous nous retrouver dans une certaine mesure dans ce phénomène.
La difficulté pour ma thèse est qu’en Histoire, les individus ne parlent plus et ne peuvent nous dire leur ressenti aussi spontanément que les personnages de série. Néanmoins, rien ne m’empêche de m’amuser à voir de temps en temps des situations qui peuvent relever de mes questionnements !

Si vous avez d’autres exemples cinématographiques qui pourraient coller au sujet, ou d’autres scènes de Friends que j’aurais manquées, partagez les dans les commentaires ! Je serais bien curieuse de les analyser !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.