L’attrition dans le suivi de populations

Cet article est destiné à tous ceux qui sont seraient confrontés au problème de perte d’une partie de leur groupe de population suivie au cours d’un temps donné. Au programme : définition, un exemple, et que faire avec.

  1. Qu’est-ce que l’attrition ?
    Le trésor de la langue française la définit ainsi dans son sens général : “usure par frottement”.
L’attrition d’une corde

Par extension, dans les études d’un échantillon de population suivi sur un temps donné, elle désigne la perte progressive d’individus au fil du temps. Au final l’échantillon est plus petit.

2. Exemple :

Dans ma thèse, je suis les mariages de 236 familles à Charleville entre 1740 et 1890. Pour l’instant, j’en suis à 1870. Pour déterminer le nombre de familles qui sont restées sur place jusqu’en 1869, j’ai regardé quelles étaient les familles qui se sont mariées entre 1850 et 1869, soit presque 20 ans (environ une génération).
Le résultat est : 95 familles. Cela représente 40 % seulement du corpus de départ. Donc 60% des familles ne sont pas restées ou bien se sont éteintes à Charleville.
Je précise que les familles sont suivies à travers toutes leurs branches (masculines et féminines).

Cela apparaît très visuellement par ce graphique qui représente la proportion de mariages que je note sur la totalité des mariages à Charleville par an (entre 1806 et 1869). On voit que le taux passe d’environ 25 à 30 % à souvent moins de 20% à partir des années 1840. Donc les mariages de mon échantillon sont de moins en moins représentatifs des mariages de toute la population carolopolitaine. La moyenne (en rouge) est à 25% et la médiane à environ 24%.

Le temps userait-il le fil des lignées familiales ?

Ce temps “destructeur des parcours familiaux suivis” serait : la succession des génération ? Les épreuves du contexte politique, social et économique ?

3. Que faire maintenant ? Les raisons et la bonne réaction de l’observateur.

Dans un premier temps, l’accepter : c’est un phénomène assez naturel quand on y réfléchit. Beaucoup d’études l’ont remarqué et ont dégagé des causes.

En effet, cela a été observé surtout en sociologie dans le contexte d’enquêtes qui suivent des familles, notamment par des entretiens au fil des années et des générations, comme l’a pu faire Reuben Hill dans les années 1950, pour comprendre comment les familles prenaient les “grandes décisions” (acheter une maison, etc…). En démographie aussi, cela est observé et théorisé : par exemple l’enquête Étude des relations familiales et intergénérationnelles sous la direction d’Arnaud Régnier-Loilier a bien exposé ce phénomène.

On pourrait aussi observer ce phénomène en dehors du domaine des études sur la famille : pourquoi pas le suivi d’un groupe d’individus d’un certain métier, ou d’un parti. Le principe reste le même : on suit des individus (ou des générations) sur un temps long.

En sociologie ou en démographie, les raisons peuvent être assez variées : le déménagement (et plus globalement la mobilité), le changement d’avis sur la participation, la lassitude ou encore la mort.

En Histoire, même si les individus sont morts (et donc ne peuvent délibérément choisir de ne plus participer à l’étude) nous nous confrontons aux mêmes contraintes. En effet, la mobilité est un facteur majeur, évident pour la seconde moitié XIXe siècle avec le chemin de fer, mais même au XVIIIe siècle, il est important.

Au final, ce n’est pas le temps à proprement parler, mais plusieurs facteurs qui viennent du fait que les choix des individus ne sont jamais prédéterminés en totalité. Chaque nouvelle génération, chaque nouvel individu (et même l’évolution de la vie des individus) signifie la possibilité de sortir du cadre que l’observateur a placé pour sa réflexion.

Pour ce qui est du suivi générationnel, statistiquement, plus les générations se suivent, plus il y a de chances que la situation (professionnelle, géographique) de la famille change et qu’elle soit exclue (par elle même ou par des contraintes extérieures) du cadre du suivi.

Enfin, un autre facteur qui n’est pas forcément principal mais qui peut jouer vient des sources dont dépendent les historiens ; donc une disparition des sources sur l’échantillon de population, ou un “trou” dans la période choisie, peut entraîner une perte de certains individus. Pour la reconstitution des familles, un chaînon manquant peut avoir de grandes conséquences.

En conclusion, il est impossible de maîtriser parfaitement l’échantillon, même en Histoire et même en choisissant des sources exhaustives. Le mieux est d’intégrer ce phénomène à la description de la méthodologie dans une étude.

Cela est nécessaire pour comprendre les biais éventuels qui en seraient des conséquences. Le principal biais serait, par exemple, de sous-estimer la mobilité d’une population. Si on se rend compte de la mobilité, on peut éventuellement (en Histoire) aller chercher des informations sur les individus dans d’autres paroisses/communes, c’est-à-dire élargir le cadre de l’étude, plutôt que de conclure à leur disparition. Tout dépend du choix méthodologique et des buts de l’étude.

En amont, pour éviter de se retrouver avec un échantillon trop petit pour être représentatif à la fin de la période choisie, on peut prendre un échantillon plus large que ce qui est nécessaire. Plus la période étudiée est grande, plus il faut prévoir un taux de perte important, et donc plus il faut prendre un gros échantillon.

Nous aimerions terminer sur une question ouverte : en Histoire sociale, l’attrition n’est-elle pas la preuve que les comportements ne sont jamais prévisibles ni déterminés ? Serait-elle alors le signe que l’individu, par son imprévisibilité, existe dans les sociétés passées ?

Bibliographie pour aller plus loin :

Arnaud Régnier-Loilier (dir.), Portraits de familles, L’enquête Étude des relations familiales et intergénérationnelles, Paris, 2009.

Julien Berard-Chagnon, L’attrition dans les enquêtes sociales : le cas de l’Etude longitudinale du développement des enfants du Québec (ELDEQ), Université de Montréal, 2007 : en ligne :https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/7715/Berard-Chagnon_Julien_2008_memoire.pdf

Reuben Hill, Family Development in Three Generations, Cambridge, Mass. and London, 1970.


2 réflexions sur « L’attrition dans le suivi de populations »

  1. Ne faut il pas aussi inclure la particularité de la ville ? D’une villes aux multiples privilèges on passe à une ville comme les autres , alors pourquoi y rester ? La ville a peu de notables au XVIIIE ! Au XIX l’industrialisation attire mais les invasions font partir ! 1870 c’est terrible ! Presque tout le monde part et peu revienne. Victoire Cousin est partie et meurt au Luxembourg. Paris attire. Ma famille venue de l’argon ne est restée 3 ou 4 ans !

    1. En effet, c’est possible que l’attrition soit en effet plus forte dans une localité plutôt qu’une autre ! Tous ces facteurs ont pu contribuer au départ de familles à Charleville. Cependant, je n’ai pas encore l’effet “1870” car mon échantillon pour cet article s’arrête en 1869.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.